la famille

Notes de conférence du p. MD Philippe sur la transmission du désir de l’Eucharistie

Publié le Mis à jour le

La famille transmet le désir de l’eucharistie

Il faut emmener très tôt les enfants à la messe pour qu’ils aient le sens de l’Eucharistie. La préparation à l’Eucharistie ne se fait pas en trois semaines, elle se réalise longuement. Il faut conduire les tout petits enfants à la messe et leur expliquer tout simplement : très vite l’enfant comprend qu’il y a quelque chose de grand. Et quand les parents communient, que les enfants viennent à la table de communion tout près de leurs parents et qu’on fasse simplement signe au prêtre que l’enfant ne doit pas communier. Mais qu’on fasse comprendre à l’enfant que si les parents communient, eux peuvent s’unir à leurs parents, que ce qui est donné aux parents est donné aux enfants et qu’un jour eux aussi recevront Jésus. Il faut faire grandir le désir de l’Eucharistie dans le cœur de l’enfant en lui parlant de ce don unique : Dieu qui se donne, Jésus qui se donne. L’enfant est tout à fait capable de comprendre ce qu’est Jésus, il le comprend très vite. On l’éduque en lui montrant toute la vie du Christ et ce don personnel, unique : Jésus qui se donne à travers le pain, Jésus qui se donne à travers l’hostie. Préparer l’enfant à la première communion, cela se fait lentement, progressivement, mais cela doit se faire assez vite pour que l’enfant ait lui-même soif de la sainte communion, qu’il en ait le désir.

Père Marie-Dominique Philippe, Conférence AFC, 4 décembre 1983

Notes de conférence du p. MD Philippe, sur l’autorité miséricordieuse

Publié le Mis à jour le

L’autorité miséricordieuse

L’autorité du père et de la mère doit être tout imprégnée de charité, tout imprégnée de miséricorde ; il faut que le père, en exerçant son autorité, montre que cette autorité est divine et donc qu’elle est avant tout miséricordieuse. Un père doit être pour ses enfants la présence de la miséricorde du Père des Cieux, de la miséricorde du Christ. Un père de famille doit relire souvent la parabole de l’enfant prodigue1 ; cette parabole est pour le père, et il faut que sa miséricorde aille jusque-là. Si la mère doit être servante d’une manière si profonde qu’elle soit capable de donner sa vie pour son enfant, le père, lui, doit être capable de donner son honneur, d’offrir tout ce qui pourrait faire sa gloire, pour le bien de ses enfants. Il doit être capable de donner, pour le bien de ses enfants, ce qui serait normalement un épanouissement pour lui.

Père Marie-Dominique Philippe, Conférence AFC, 5 février 1984

1 Lc 15, 11-32.

Notes de conférence du p. MD Philippe, sur la prière des enfants dans la famille

Publié le Mis à jour le

La prière des enfants dans la famille

La mère doit apprendre à l’enfant à prier. La prière en famille est nécessaire, même si elle est quelquefois très difficile. Elle est toujours possible quand l’enfant est tout petit ; et la mère doit très vite apprendre au tout-petit à prier avec elle, à faire le signe de la Croix, à dire à Jésus qu’il l’aime, à réciter l’Ave Maria et le Notre Père. Le sacerdoce royal de la mère exige qu’elle porte l’enfant auprès du cœur du Christ, et qu’elle lui apprenne à prier, à adorer. C’est la première éclosion de la foi. Il est évident que les parents ne donnent pas à l’enfant son âme spirituelle ! C’est Dieu qui la donne. Et les parents ne donnent pas non plus à l’enfant la grâce, la foi, l’espérance et l’amour ; c’est le Christ qui, par le baptême, lui donne la grâce, la foi, l’espérance et l’amour. Mais l’exercice premier de la foi, ce sont les parents qui l’assurent, et c’est surtout la mère parce que la mère est plus proche que le père de cette première éclosion de la foi. C’est la mère qui doit permettre cette première éclosion, et c’est très grand.

Père Marie-Dominique Philippe, Conférence AFC, 6 novembre 1983

Notes de conférence du p. MD Philippe sur la famille, lieu de la vérité

Publié le Mis à jour le

La famille doit être le lieu de la vérité

Si la famille doit être ce renouveau constant dans l’amour spirituel, la famille doit tenir compte du développement de l’intelligence. Je précise : la famille doit être le lieu de la vérité. Nous vivons dans un monde de mensonge constant : on ne sait plus où est la vérité, à cause des propagandes, à cause de la volonté de « paraître » et de s’imposer. (…)

La famille doit donner aux enfants, aux petits, le sens de la vérité et l’horreur du mensonge ; cela permet de sauvegarder l’amour. Quand le mensonge s’installe d’une manière délibérée, manifeste, l’amour disparaît très vite. Car l’amour réclame la vérité, il réclame la lumière, il exige une très grande limpidité ; on pourrait dire que le mensonge est le cancer de l’amour : progressivement il le fait disparaître.

Père Marie-Dominique Philippe, Conférence AFC, 29 avril 1984

Notes de conférence du p. MD Philippe sur l’Eucharistie, force dans la lutte

Publié le Mis à jour le

L’Eucharistie, force dans la lutte

Le sacrement de mariage est ordonné lui aussi à l’Eucharistie, ne l’oublions pas. C’est pour cela que, quand il y a des difficultés dans le foyer, il faut que l’époux et l’épouse comprennent que la seule manière d’être victorieux de telle ou telle difficulté, c’est de vivre de l’Eucharistie. Si les époux peuvent aller communier ensemble pour demander à Jésus d’être là pour leur donner la force qui, dans l’amour, leur permettra de dépasser leur difficulté, il faut qu’ils le fassent. Le sacrement de mariage est ordonné à l’Eucharistie, et c’est l’Eucharistie qui donne la force d’être fidèle.

Père Marie-Dominique Philippe, Conférence AFC, 4 décembre 1983

Notes de conférence du p. MD Philippe, sur la famille, lieu de la lutte

Publié le Mis à jour le

La famille, lieu de la lutte

Il est très difficile de bien comprendre cette harmonie particulière de la famille chrétienne qui se termine dans le Ciel et qui en même temps s’enracine dans une cité, dans un univers qui n’est pas toujours chrétien, qui peut très bien se matérialiser et subir des idéologies qui n’ont rien à voir avec les exigences de la vie chrétienne. La famille doit alors lutter, elle devient le lieu de la lutte. Nous n’avons pas de mal à le comprendre car nous vivons ces choses-là actuellement, en particulier dans le débat sur la liberté de l’enseignement, de l’éducation. La famille est engagée dans cette lutte, et elle est en première ligne.(…)

Là encore nous voyons comment la famille est l’horizon entre deux univers, l’univers de l’Eglise qui s’achève dans le Ciel (le Ciel est présent dans la famille), et le monde balloté par des conceptions qui ont été chrétiennes et qui ne le sont plus, le monde enfoncé dans un matérialisme plus ou moins étouffant, ou emporté par un libéralisme qui prône une trop grande liberté (une fausse liberté) qui ne laisse plus à l’autorité la possibilité de s’exercer. La famille est le lieu de rencontre de ces deux mondes entre lesquels il y a, à certains moments, de très grandes tensions.

Père Marie-Dominique Philippe, Conférence AFC, 29 avril 1984

Notes d’une conférence du p. MD Philippe, sur la famille dans le regard de Dieu

Publié le Mis à jour le

La famille dans le regard de Dieu

En créant l’homme et la femme, Dieu a voulu montrer que, à la différence des anges, l’homme, et la femme peut-être encore plus, ne pouvaient vivre que s’ils étaient à deux dans une grande union, une union d’amour d’amitié, et bien sûr en adorant Dieu, en reconnaissant leur dépendance à son égard. Et Dieu avait béni cela par ce qu’on appelle la grâce de « justice originelle » ; par cette grâce l’amitié d’Adam et Eve était transformée en charité fraternelle, et qui leur adoration à l’égard de Dieu pouvait aller jusqu’au bout : ils reconnaissaient que Dieu était le Créateur de leur âme et ils pouvaient le contempler. Dieu était leur Père.

Il est très important de comprendre que la famille est gouvernée par Dieu, par un Dieu Père. Pour notre univers, l’univers physique, Dieu est Créateur, et il se sert de causes secondes. Lorsque Dieu crée l’homme et la femme, lorsqu’il crée des âmes spirituelles, il est le Père qui appelle ses enfants à vivre un jour de son bonheur. C’est le propre du père, d’appeler ses enfants à partager son patrimoine, à vivre de son patrimoine ; et le patrimoine de Dieu, c’est lui-même, c’est son bonheur. Et Dieu a créé en premier lieu une famille, et dans cette famille il a pu manifester son amour de Père en conduisant ses enfants en vue du Ciel, en vue du bonheur éternel. On sait très peu de choses de ce premier moment de l’humanité, mais l’Eglise le maintient toujours : Dieu a vraiment créé au point de départ la famille, il a créé Adam et Eve dans une grande amitié, dans une confiance mutuelle (parce que l’amitié exige cette confiance mutuelle qui permet de tout se dire).

Père Marie-Dominique Philippe, Conférence, 3 juin 2001