Extrait du p. MD Philippe: l’Agneau et la Femme

Publié le Mis à jour le

L’Agneau et la Femme

Le sacerdoce royal des fidèles est lié en premier lieu au mystère de l’Agneau, et ce sacerdoce royal des fidèles prend toute sa signification dans la vie religieuse. C’est là que l’on voit le lien entre la vie religieuse et le sacerdoce : le sacerdoce du Christ réclame l’holocauste de tout nous-mêmes, et la vie religieuse veut exprimer dans l’Eglise (communautairement ou dans la solitude), cette exigence de l’amour que tout chrétien doit vivre en esprit : les béatitudes évangéliques. Voilà le fruit le plus intérieur et le plus profond du sacerdoce du Christ, qui s’est réalisé en premier lieu pour Marie dans le mystère de la Compassion. Pourquoi le mystère de la Compassion existe-t-il ? Pour que Marie vive ce sacerdoce royal des fidèles comme le fruit premier du sacerdoce du Christ à travers et dans son mystère de Compassion, pour qu’elle soit avec Jésus entièrement et totalement offerte. C’est le lien entre l’Agneau et la Femme, un lien très grand qui nous fait entrer dans ce que le mystère de l’Eglise a de plus profond : Marie debout au pied de la Croix lorsque le mystère de l’Agneau immolé se réalise pour elle, pour Jean, pour toute l’Eglise.

Père Marie-Dominique Philippe, Conférence AFC, 1991