la Très Sainte Trinité

Extrait du p. MD Philippe, révélation de la Très Sainte Trinité

Publié le Mis à jour le

Révélation du mystère de la Très Sainte Trinité

Jean Baptiste voit l’Agneau. C’est l’Agneau qu’il rencontre, et dès qu’il découvre l’Agneau, il voit aussi l’Esprit tel une colombe ; et voyant l’Agneau et l’Esprit, il entend le Père. Il y a donc là une révélation du mystère de la Très Sainte Trinité. Elle demeure symbolique, énigmatique, c’est sûr, mais c’est tout de même une révélation de la Très Sainte Trinité, pour Jean-Baptiste, pour le pauvre au désert, pour celui qui achève toute la grande attente de l’Ancien Testament. (…) Il est beau de voir que le mystère de Dieu nous est révélé, à l’aurore de la Nouvelle Alliance par l’agneau et la colombe. Les pères de l’Eglise aiment beaucoup ces deux symbolismes, et ils aiment à souligner que la colombe et l’animal le plus doux qu’il soit. L’agneau aussi, du reste. Il y a comme une sorte d’alliance entre l’agneau et la colombe, pour manifester la douceur de Dieu.

Père Marie-Dominique Philippe, Suivre l’Agneau

Extrait du p. MD Philippe, vivre de la Très Sainte Trinité

Publié le Mis à jour le

Vivre de la Très Sainte Trinité

Demandez à Marie, elle qui a vécu si profondément le mystère de la Très Sainte Trinité, d’être de plus en plus « chez vous », au plus intime de votre vie, pour que vous puissiez vivre comme elle, avec elle, ces mystères, et que, vous aussi, à sa manière, vous soyez complementum totius Trinitatis. C’est le rôle propre de la créature la plus aimée de Dieu. C’est le rôle propre des benjamins dans la famille de Dieu, d’être ceux qui sont inséparables du mystère de la Très Sainte Trinité.

Père Marie-Dominique Philippe, note de conférence, 1964

Extrait du p . MD Philippe sur Marie et la TST

Publié le Mis à jour le

Marie et la Très Sainte Trinité

Marie est la créature la plus finalisée, puisqu’elle est la créature la plus proche de sa source, celle qui nous manifeste le mieux « la gloire de son origine ». En elle, tout le mystère de la Très Sainte Trinité se reflète ; il y a au plus intime de son âme une présence incomparable de la Très Sainte Trinité, une présence qui ne se retrouve en aucune autre créature.

Père Marie-Dominique Philippe, « L’Étoile du Matin »

Extrait d’une article du p. MD Philippe sur la Très Sainte Trinité

Publié le Mis à jour le

La Révélation de la Très Sainte Trinité

Le premier moment de la révélation de la Très Sainte Trinité se fait par la maternité divine de Marie, cette maternité divine doit donc être pour nous une manifestation toute spéciale de la paternité de Dieu. Dieu a choisi Marie pour que cette révélation se fasse à la fois le plus parfaitement possible et de la manière la plus adaptée au cœur de l’homme. La maternité divine de Marie est donc pour nous un moyen unique de pénétrer dans la paternité du Père, dans une gratuité et une nécessité qui sont intimement liées. C’est en effet de l’ordre de la gratuité et de l’ordre de la perfection. Eternellement le Père est Père et il ne lui manque rien, toutes les perfections de la maternité de Marie sont éminemment présentes dans la paternité du Père ; mais la manifestation de cette paternité nous est faite par Marie, d’une manière très profonde et très réaliste. En ce sens-là on peut dire que le mystère de l’Immaculée Conception, qui est en vue de la maternité parfaite, nous permet de mieux recevoir le mystère de la paternité de Dieu.

Père Marie-Dominique Philippe, Aletheia nr 17

Article du p. MD Philippe, sur la Très Sainte Trinité

Publié le Mis à jour le

Sur la Très Sainte Trinité

Le Père, c’est celui qui est source de vie, d’amour, de lumière, de sagesse et de sa part tout nous est donné sans aucune restriction ; c’est nous qui ne pouvons pas tout recevoir, parce que, étant encore trop attachés à nous-mêmes, nous avons peur que cet amour du Père nous prenne d’une manière tellement forte que nous soyons tout à lui. Mais éternellement nous serons tout entiers au Père, pris par lui, saisis par lui, envahis par lui dans sa lumière et dans le feu de son amour. Il est important pour nous de comprendre la force de cet appel, puisque nous le disons en obéissant à Jésus : « Dites : “ Notre Père ” », « Lorsque vous priez, dites : “ Père ” ».

Le sommet, c’est à la Croix, car là Jésus nous révèle sa prière en la vivant : « Père, glorifie ton Fils… » Nous reviendrons sur cette demande qui est si grande. Nous, nous avons peur de faire cette demande, mais avec Jésus nous pouvons la faire. C’est le sommet de notre lien avec Dieu.

La paternité de Dieu a été révélée progressivement, et là c’est le sommet de cette Révélation, sommet qui s’enracine dans ce qu’il y a de plus intime, de plus profond dans notre cœur d’homme, de petite créature créée à l’image de Dieu et à sa ressemblance. Dans le « Notre Père » il s’agit déjà de la ressemblance, mais d’abord de l’image. Dieu créateur de notre âme spirituelle, la Très Sainte Trinité dans son unité, crée notre âme. Actuellement mon âme est créée par cet acte : « Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance ». L’acte créateur de Dieu est éternel en Dieu, et en moi il est dans le temps ; Dieu a créé mon âme à un certain « moment » à partir duquel le temps commence pour moi, mais ce temps est perdu dans l’éternité. Mon âme spirituelle est créée par Dieu seul, comme Créateur et Père.

Père Marie Dominique Philippe, Article paru en mars 99