Pentecôte

Extrait du p. MD Philippe sur l’Esprit Saint, source d’amour

Publié le Mis à jour le

L’Esprit Saint, source éternelle d’amour pour Marie

La conception immaculée de Marie nous manifeste l’œuvre de l’Esprit Saint en elle, l’emprise de l’Esprit Saint en elle, et elle nous manifeste l’Esprit Saint comme source éternelle d’amour pour elle et pour nous. L’Esprit Saint est le fruit divin, le fruit de l’amour, il est l’amour de l’amour ; mais il est en même temps source, comme le Verbe est fruit et source.

Père Marie-Dominique Philippe, « L’Étoile du Matin »

Extrait du p. MD Philippe sur la préparation à la Pentecôte

Publié le Mis à jour le

Nous préparer à la Pentecôte

La meilleure manière de nous préparer à la Pentecôte, c’est d’avoir cette soif de contemplation, cette soif d’oraison, ce désir intense d’anticiper ce que nous vivrons un jour dans la vision béatifique ; et de faire que toute notre vie soit tendue vers cela. Notre vie n’a d’intérêt que par là. Autrement, ce n’est pas la peine. Le rôle premier de Marie est d’être la Mère de notre oraison, la médiatrice de notre oraison, de notre contemplation. Et elle veut hâter l’heure.

Père Marie-Dominique Philippe, « L’Étoile du Matin »

Extrait du p. MD Philippe sur Marie, icône de l’Esprit Saint

Publié le Mis à jour le

Marie, icône de l’Esprit Saint

Tous les mystères de la vie de la Très Sainte Vierge nous aident à découvrir le mystère de l’Esprit Saint. Marie est comme l’icône de l’Esprit Saint, une icône divine qui reflète pour nous le mystère de la vie de l’Esprit Saint. Elle est cette icône vivante portée par l’Esprit Saint, enveloppée de lui et reflétant pour nous son mystère. Chacun des mystères de la vie de la Très Sainte Vierge doit nous aider à découvrir le mystère de l’Esprit Saint. Il faut s’efforcer de saisir ce lien d’unité.

Père Marie-Dominique Philippe, « L’Étoile du Matin »

Notes de Conférence du p. MD Philippe sur l’Esprit-Saint

Publié le Mis à jour le

L’Esprit-Saint reçu par la Vierge Marie

Le Père donne Marie au Fils et l’Esprit Saint forme en elle le corps du Christ, et Jésus, en Fils bien-aimé du cœur de Marie, lui donne celui qui scrute les secrets du Père et du Fils : l’Esprit Saint1. Jésus donne à Marie d’une manière très particulière, et même d’une manière unique, l’Esprit de vérité, et c’est peut-être auprès d’elle qu’on peut comprendre de la manière la plus profonde le grand enseignement de Jésus sur le Paraclet. N’est-ce pas premièrement pour Marie que Jésus a donné cet enseignement ? et n’est-ce pas elle qui, l’ayant reçu d’une manière toute spéciale, l’a fait comprendre à Jean ? C’est sans doute elle qui lui a fait comprendre beaucoup de paroles qu’il a rapportées dans son Evangile, mais il semble qu’on puisse dire cela d’une façon très particulière pour l’enseignement de Jésus sur le Paraclet.

Il serait très beau d’essayer de découvrir, dans cet enseignement sur le Paraclet, les dimensions les plus intimes du cœur de Marie. Elle est vraiment celle qui a reçu et qui a vécu, dans la dernière étape de sa vie, les secrets de l’Esprit Saint. Que sont ces secrets ? C’est ce que Jésus lui-même nous dit — “ Il vous rappellera tout ce que je vous ai dit ”2 — et c’est une compréhension tout intime et tout intérieure, toute d’amour, de ce que Jésus lui-même a dit. C’est par l’Esprit Saint que les paroles de Jésus dites à tous, ont pris, pour Marie, cette modalité spéciale d’être des secrets pour elle. Marie les a reçues vraiment comme des secrets qui faisaient que son cœur était tout entier transformé par l’Esprit Saint.

Père Marie-Dominique Philippe, Conférence, 6 mai 1987

1 Cf. 1 Co 2, 10-11 : Tout ce que Dieu a préparé pour ceux qui l’aiment, “ c’est à nous que Dieu l’a révélé, par l’Esprit ; l’Esprit en effet scrute tout, jusqu’aux profondeurs de Dieu. (…) Personne ne connaît les choses de Dieu, sinon l’Esprit de Dieu. ”

2 Jn 14, 26.

Article du p. MD Philippe sur l’envoi de l’Esprit-Saint

Publié le Mis à jour le

Le sacerdoce du Christ et l’Esprit-Saint

La première affirmation, à laquelle il faut toujours revenir parce qu’elle est très forte et pleine d’espérance, est celle-ci : « Maintenant je m’en vais vers Celui qui m’a envoyé, et aucun d’entre vous ne m’interroge : Où t’en vas-tu ? Mais, parce que je vous ai dit cela, la tristesse a rempli votre cœur. Cependant moi je vous dis la vérité : Mieux vaut pour vous que moi je m’en aille, car si je ne m’en vais pas, le “ Paraclet ” ne viendra pas vers vous ; mais si je pars, je vous l’enverrai ».(…)

La conduite de la sagesse de Dieu ne nous révèle-t-elle pas la tendresse toute spéciale du Père pour nous ? Pour que la mission du Fils bien-aimé soit parfaitement réalisée, la sagesse du Père a voulu que le Verbe s’incarne en Marie ; par sa maternité divine Marie coopère à cet envoi du Fils. De même, pour que la mission de l’Esprit Saint soit parfaitement réalisée, la sagesse du Père et du Verbe a voulu que leur Esprit Saint nous soit envoyé par le sacerdoce de Jésus, par l’acte d’offrande d’amour qu’il fait de lui-même à la Croix.

Le sacerdoce divin de Jésus, à la Croix, coopère instrumentalement à cet envoi du Paraclet. Par là nous découvrons que le Père, dans sa sagesse, en se servant de ces deux médiations, celle de Marie et celle du sacerdoce du Christ, désire nous communiquer son amour de la manière la plus intime, la plus personnelle. C’est le don du Fils bien-aimé par la fécondité maternelle de Marie, et le don de l’Esprit Saint par le sacerdoce de Jésus, par l’acte sacerdotal où il s’offre lui-même en tout ce qu’il est. Grâce à ces deux médiations, notre naissance à la vie divine a un caractère plus connaturel, elle est mariale et sacerdotale.

Père Marie-Dominique Philippe, article d’Aletheia nr 13

Notes de Conférence du p. MD Philippe sur le St Esprit et la Vierge Marie

Publié le Mis à jour le

Notes de Conférence du p. MD Philippe sur le Saint Esprit et la Vierge Marie

La Vierge Marie est là pour nous disposer à recevoir l’Esprit Saint, mais elle est là aussi pour permettre à l’Esprit Saint d’agir en nous en toute liberté. Car l’Esprit Saint a une délicatesse d’amour qui est unique ; il faut donc que Marie nous apprenne à vivre sous sa dépendance, sous son souffle d’amour, pour vraiment recevoir la parole de Jésus comme elle demande d’être reçue. Marie, dans son éducation maternelle, fait grandir en nous la soif de recevoir l’Esprit Saint, tout le temps. On ne peut jamais arrêter la croissance de cette soif, puisqu’on ne peut jamais arrêter la croissance de l’amour divin en nous. Et plus la charité, l’amour divin, s’enracine dans notre volonté, plus celle-ci a soif de recevoir l’Esprit Saint d’une manière plus profonde, plus divine. C’est infini, parce que cela ne va plus seulement de lumière en lumière : cela va de pauvreté en pauvreté, parce que cela va d’amour en amour, d’amour divin en amour divin. Lire la suite »

Notes d’homélie du p. MD Philippe, sur le temps du Cénacle

Publié le Mis à jour le

Temps du Cénacle

Marie est si proche des Apôtres et de nous-mêmes, dans cette attente de l’Esprit Saint. La pauvreté spirituelle, vécue sous le souffle de l’Esprit Saint, agrandit notre cœur en y mettant comme un abîme d’appel, de cri vers l’Esprit Saint. L’Esprit Saint ne peut être reçu dans notre âme, dans notre cœur, que s’il y a cet abîme de pauvreté, de dénuement, de mort à nous-mêmes pour que nous soyons transformés par l’Amour. La Lumière, le Verbe de Dieu, nous est donné à travers l’Incarnation, et l’Esprit Saint, l’Amour, nous est donné directement, sans adaptation, sans incarnation, tel qu’il est dans le mystère même de la Très Sainte Trinité. C’est pour cela qu’il faut que nous vivions ce dépouillement à l’égard de nous-mêmes, cette pauvreté intérieure, pour pouvoir recevoir ce feu brûlant d’amour, ce feu personnel tel qu’il est dans le mystère même de Dieu, tel qu’il est comme fruit immédiat de l’amour du Père et du Fils dans l’unité. Le fruit de cet amour, le fruit de cette unité, nous est donné tel qu’il est en Dieu pour nous élever, pour nous purifier de nous-mêmes, nous dépouiller de nous-mêmes, pour que nous puissions être dans cet état extatique, cette sortie de nous-mêmes, sous ce souffle d’Amour…

Seule la Vierge Marie, seule une mère, peut nous apprendre cette profondeur de la pauvreté. C’est pour cela que Marie nous est donnée comme mère : pour nous apprendre à recevoir l’Esprit Saint. Pour cela il faut qu’elle-même le reçoive en plénitude, pour nous apprendre à vivre de l’Amour. L’Esprit Saint nous est donné pour cela, pour que nous vivions de l’Amour et que l’Amour nous prenne tout entiers, qu’il n’y ait plus que cela.

Père Marie Dominique Philippe, Homélie, 27 mai 1995