Itinéraire

Extrait du p MD Philippe sur l’expérience philosophique

Publié le Mis à jour le

L’expérience philosophique

Aristote revient à ce fait que l’intelligence de l’homme est une puissance (dynamis) d’une âme unie à un corps. Les sensations et les passions jouent donc un rôle très important, premier pour l’homme : l’enfant s’éveille progressivement par l’expérience, par les sensations. Aristote redonne donc cette valeur à l’expérience sensible. Et là, Aristote constate que nous avons des expériences qualitativement différentes : nous « accrochons » à la réalité avec nos cinq sens. Il y a donc cinq grandes expériences humaines fondamentales, dans la mesure où notre intelligence s’éveille et adhère à ce qui est, en se servant des cinq sens. L’expérience fait que nous construisons tout de suite sur la diversité. Platon cherchait éperdument l’unité ; Aristote bâtit sur l’expérience qui implique cette diversité qualitative.

Père Marie-Dominique Philippe, Article paru en 2003

Extrait du p. MD Philippe, le philosophe est serviteur

Publié le Mis à jour le

Le philosophe est serviteur

Ce n’est pas seulement pour lui-même que le philosophe est philosophe : il doit être serviteur des hommes, pour leur indiquer le chemin en leur rappelant leur finalité, le sens de leur vie. Il était déjà très difficile de le découvrir à l’époque d’Aristote, mais c’est encore beaucoup plus difficile aujourd’hui, parce que nous avons plus de vingt-cinq siècles de recherche philosophique derrière nous… Mais si nous faisons de la philosophie, c’est en raison de cet amour profond que nous avons pour l’homme et pour tous les hommes, surtout pour ceux qui ont le plus de peine à découvrir le sens de leur vie, la vérité.

Père Marie-Dominique Philippe, Article paru en 2003

Extrait du p. MD Philippe: Aristote et Platon

Publié le Mis à jour le

Aristote et Platon

Aristote, lui, s’était trouvé devant un grand maître, Platon, qu’il avait suivi durant vingt ans ! Il est beau de voir cette fidélité d’Aristote à quelqu’un qui l’avait éveillé à la philosophie. Platon est un extraordinaire éveilleur et Aristote a beaucoup puisé à sa philosophie. Sans pour autant le suivre entièrement, ayant beaucoup reçu de lui, il a toujours eu envers lui une dette de reconnaissance et on ne peut pas parler vraiment d’Aristote sans connaître Platon. Aristote ne s’est pas construit en opposition à Platon mais il a cherché la vérité. Aujourd’hui, on se construit souvent par opposition ; partout nous sommes dans les luttes et nous avons beaucoup de mal à saisir simplement ce qui est vrai, nous aimons opposer. Aristote ne s’est pas construit contre Platon, il a saisi, en le précisant, ce qu’il y avait de plus noble et de plus grand dans sa philosophie : le sens de la contemplation, de la théôria. Et il a précisé et rectifié la pensée de Platon en revenant à l’expérience, comprenant qu’un philosophe doit être serviteur des hommes, selon ce que Socrate avait déjà proclamé.

Père Marie-Dominique Philippe, Article paru en 2003