V. Marie

Extrait du p. MD Philippe: Marie, médiatrice des désirs de notre coeur (I)

Publié le Mis à jour le

Marie présente les désirs de notre coeur (I)

Nous regardons Marie comme celle qui prend les désirs de notre cœur, nos demandes, et qui les présente à Jésus. Saint Louis-Marie Grignion de Montfort parle en ce sens de la médiation de Marie, en prenant la comparaison du paysan qui fait une récolte de pommes et qui veut présenter ses fruits au roi… Mais pour que ses fruits puissent être acceptés, il faut que la reine les mette sur un plateau d’or ou d’argent. Il y a là un aspect important de la médiation de Marie. Nos demandes sont souvent très imparfaites, parce que nous ne savons pas ce qu’il faut demander. Quelquefois ce sont les choses qui nous tiennent le plus à cœur qui sont les moins à demander. Cela arrive très facilement, car «autant le ciel est plus haut que la terre, autant les voies de Dieu sont plus hautes que nos voies». Les désirs de notre cœur ne sont pas toujours les désirs du Cœur de Dieu. Dieu les assume, mais il va bien plus loin, beaucoup plus loin! (…)

Père Marie-Dominique Philippe, L’Etoile du Matin

Extrait du p. MD Philippe sur l’Eucharistie

Publié le Mis à jour le

Marie et le mystère de l’Eucharistie

C’est auprès de Marie que nous devons toujours essayer d’approfondir notre manière de vivre du mystère de l’Eucharistie, et non seulement de l’approfondir mais de découvrir l’amour tout à fait nouveau qui est donné à Marie en surabondance et qu’elle reçoit dans son humilité et dans sa foi avec une reconnaissance unique pour le Père. Habituons-nous, quand nous communions, à demander à Marie d’être là pour que nos communions prennent, par elle et avec elle, cette nouvelle dimension : le Père la remercie d’être Mère. Car l’institution de l’Eucharistie a été réalisée d’une façon spéciale pour Marie, et par elle pour nous. C’est toute l’Eglise qui vit son unité à travers le don du corps et du sang du Christ, et ce don de l’unité du Corps mystique se réalise en remerciement de la maternité divine de Marie. Cela nous met, grâce à Marie, dans une proximité plus grande à l’égard du corps du Christ. Le corps du Christ, radicalement, nous vient de la maternité divine de Marie, et il nous est donné, et par l’Eucharistie nous le recevons directement de Jésus et de sa Mère. Le corps de l’enfant appartient à la mère, et même quand l’enfant est parfaitement distinct de sa mère dans sa propre personne, il reste toujours un lien entre lui et sa mère, un lien très extraordinaire voulu par Dieu. Et Dieu a voulu en quelque sorte sanctifier ce lien par l’institution de l’Eucharistie réalisée en premier lieu, selon sa sagesse, pour Marie, et où nous pouvons découvrir dans l’âme de Marie son lien unique avec l’Esprit Saint.

Redisons-le : la maternité divine de Marie et l’Eucharistie sont deux mystères qui se tiennent très profondément dans la sagesse du Père.

Père Marie-Dominique Philippe, Conférence, 16 mai 2004

Extrait du p . MD Philippe sur Marie et la TST

Publié le Mis à jour le

Marie et la Très Sainte Trinité

Marie est la créature la plus finalisée, puisqu’elle est la créature la plus proche de sa source, celle qui nous manifeste le mieux « la gloire de son origine ». En elle, tout le mystère de la Très Sainte Trinité se reflète ; il y a au plus intime de son âme une présence incomparable de la Très Sainte Trinité, une présence qui ne se retrouve en aucune autre créature.

Père Marie-Dominique Philippe, « L’Étoile du Matin »