Extrait du p. MD Philippe sur la morale et les vertus

Publié le Mis à jour le

La morale et les vertus

La vertu n’a plus cette sorte d’attrait qu’elle devrait avoir. On dit volontiers : « Oui, cet homme est très vertueux, mais on aimerait qu’il soit un peu plus intelligent ». On oppose l’intelligence et le point de vue moral. Il y a l’art d’un côté et la morale de l’autre, et l’art est du côté de l’intelligence. Un artiste arrive toujours à se débrouiller — pas toujours économiquement ! mais il intéresse les gens. Ce qu’il dit est intéressant. Quant au « moral », on le présente comme une valeur à laquelle il faut tenir, mais cela n’a plus d’éclat, cela a perdu tout son attrait. C’est devenu comme une monnaie usée et dévalorisée dans le monde d’aujourd’hui, à tous les niveaux ; et du point de vue éducatif on est un peu perdu. On essaie de maintenir les vertus, de rappeler qu’il faut être tempérant, qu’il faut être prudent, qu’il faut être juste… mais on ne sait plus ce que c’est. Et puis… ce n’est pas drôle, d’être juste.

Père Marie-Dominique Philippe, Conférence AFC, 2000