Mois: septembre 2019

Extrait du p. MD Philippe sur la philosophie pratique

Publié le Mis à jour le

La philosophie pratique

Il y a donc trois grandes expériences humaines pratiques au fondement de toute la philosophie réaliste : le faire artistique (le travail) ; l’agir moral, volontaire ; la coopération dans la communauté. L’homme est d’abord un artiste, un artisan, un travailleur ; il fait une œuvre, il fabrique quelque chose. Cela est nécessaire à cause de son corps. Il est aussi celui qui est responsable de ses activités et capable d’amitié. C’est l’amitié qui maintient en l’homme une exigence de rectitude prudentielle, ce qui est capital pour être capable de soutenir les autres, de les porter, d’en être responsable. Comme l’homme est fragile, il trouve en un autre, en son ami, la possibilité d’avoir une force beaucoup plus grande. Face à Platon qui exaltait la justice en soi et les gouvernants, Aristote développe le sens de l’amitié : l’homme trouve sa force dans un autre, dans un ami. Seul, il est trop seul ! L’amitié est donc une charnière dans la philosophie d’Aristote : grâce à l’amitié, la morale prend une très grande force et garde une très grande souplesse. Un ami est plus souple que l’Etat, qui domine toujours un peu. L’ami « domine » dans la souplesse, parce qu’il est exigeant dans l’amour et réclame le choix libre.

Père Marie-Dominique Philippe, Article paru en 2003

Extrait du p. MD Philippe sur l’expérience politique

Publié le Mis à jour le

L’expérience politique

Nous ne vivons pas seuls, il y a le point de vue politique de la communauté et des rapports entre les responsabilités de chacun et la communauté humaine : famille, entreprise, cité, pays… L’homme peut exercer non seulement une responsabilité envers lui-même, mais aussi envers les autres. Alors que pour Platon, la communauté est première et passe avant la personne, Aristote montre que c’est l’homme qui est responsable. Pour Platon, la justice n’existe parfaitement qu’au-delà de l’homme, dans le monde des Idées, et donc chez le philosophe-roi. Les hommes politiques doivent être des sages et contempler les Idées. Platon passe donc directement de la sagesse (sophia) à la politique par la cause exemplaire et la cause efficiente. La morale vient donc après la politique, qui la commande. Aristote renverse cette conception et montre que l’homme est responsable, dans la prudence (phrônésis), d’abord de son activité, puis de la communauté. La communauté pourra nous aider, mais c’est toujours à partir du réalisme de l’homme et de son bien.

Père Marie-Dominique Philippe, Article paru en 2003

Photo du père MD Philippe à la Salette

Publié le Mis à jour le

Avec un groupe de pèlerins.

Extrait du p. MD Philippe sur l’éthique

Publié le Mis à jour le

L’éthique

L’homme n’est pas qu’un artiste, il n’est pas seulement celui qui fait quelque chose. Il est aussi celui qui est responsable de ses actes ; nous avons alors un second grand développement de la philosophie avec l’éthique. Nous voyons que l’homme est responsable de ses activités en vue d’atteindre sa fin personnelle, son bonheur. Pourquoi et comment l’homme est-il responsable de ses activités volontaires ? C’est la recherche propre à la philosophie éthique.

Père Marie-Dominique Philippe, Article paru en 2003