Extrait du p. MD Philippe: l’Agneau et le livre scellé

Publié le Mis à jour le

L’Agneau prend le livre

« Et il vint et il prit le livre de la main droite de Celui qui était assis sur le trône. Et lorsqu’il eut pris le livre, les quatre Vivants et les vingt-quatre Vieillards tombèrent devant l’Agneau, ayant chacun une cithare et des coupes d’or pleines de parfums, qui sont les prières des saints. »

Le sommet de toute la liturgie céleste, et donc de la liturgie tout court, c’est ce mystère de l’Agneau qui prend le livre et devant qui, à ce moment précis, les quatre Vivants tombent — ce qui veut dire que tout le mystère de l’Incarnation est ordonné à ce moment si important où le Père remet toute son autorité à l’Agneau. L’autorité du Père est symbolisée par ce livre où il y a les sept sceaux : chacun des sceaux exprime un aspect de l’autorité du Père, et les sept sceaux expriment la plénitude de l’autorité du Père.

Père Marie-Dominique Philippe, Conférence AFC, 1991