In memoriam

Homélie du primat des Gaules, 2 septembre 2006

Publié le Mis à jour le

Homélie complète en pdf : Homélie Primat des Gaules 2.09.06

Homélie pour les obsèques du P. Marie-Dominique PHILIPPE

Lyon. Primatiale saint Jean, le 2 septembre 2006

Par le Cardinal Philippe BARBARIN

     Ap. 22, 12-17, 20-21 ; Ps 115, 12-18 ;  1 Jean 1, 1-4 ; Jean 17, 6. 14-23).

          « Oui, je viens sans tarder, je viens bientôt ».

         Cette parole du Seigneur, nous l’avons entendue deux fois, dans le passage du livre de l’Apocalypse, qui était notre première lecture. Elle résonne de manière étrange en nous, en ce jour où nous confions à Dieu la vie d’un homme que le Seigneur vient d’appeler à Lui, à la veille de ses 94 ans. Depuis la mi-juillet, ce frère prêcheur qui avait tant parlé et enseigné, s’était tu, il était entré dans le silence !

          « Oui, je viens sans tarder ». Cette phrase, je la reçois plutôt comme la réponse du Seigneur aux questions que le P. Marie-Dominique Philippe a dû lui poser tout au long de sa vie d’enfant, de religieux, de professeur ou de fondateur. Disciple au cœur ardent et à l’intelligence intrépide, il interrogeait son Maître sur tout, le monde, les hommes, la mission … C’était un chercheur, qui voulait comprendre, recevoir l’intelligence des choses et des personnes. Or la réponse de Jésus n’est jamais une réflexion ni une analyse, c’est sa propre personne qui s’avance et qui se donne : « Oui, je viens sans tarder ! »

          Dès son plus jeune âge, le P. Marie-Dominique a appris de son oncle dominicain, le P. Dehau, à considérer le livre de l’Apocalypse comme une fontaine d’espérance, un réconfort, un soutien dans les heures d’épreuve. Celui qui « reviendra pour juger les vivants et les morts » s’approche de nous chaque jour. Par la Parole de Vie et par les sacrements que le Seigneur nous a laissés, l’éternité vient « frôler » chacune de nos journées.

*

          Le P. Marie-Dominique Philippe était l’homme de la source. Lire la suite »

Article du p. Daniel Ange, 8 septembre 2006

Publié le Mis à jour le

ÉTOILE NEUVE SCINTILLANT AU FIRMAMENT DE L’ÉGLISE

Je veux laisser résonner en écho l’encièlement récent de père Marie-Dominique Philippe, cet Enfant de Dieu, cet Enfant-Lumière, humble et ardent serviteur de la Vérité.

Le titre de ce petit témoignage personnel est de Dieu, à qui je dois les droits d’auteur :  » Les sages brilleront comme le firmament en toute sa splendeur. Et ceux qui sont des maîtres de justice pour la multitude resplendiront comme des étoiles, pour les âges sans fin. «  (Dn 12,3)

Un Maître : Dieu sait s’il l’a été, au long de… 70 ans de prédication inlassable, nous essoufflant tous, à la manière d’un Jean-Paul II.

Étoile, car il n’a pas cessé de faire briller l’Étoile des Mages, que la Liturgie orientale assimile à la Vérité, pour conduire un grand nombre, échelonnés sur plusieurs générations, jusqu’à la crèche où l’on tombe à genoux pour adorer en silence. Cette Vérité, il l’a laissée resplendir dans tout son éclat jusqu’au soir couchant de sa vie, en sa phase terrestre.

Grâce à lui, tant d’entre nous se sont laissé guider par cette étoile, toujours matinale, qu’il aimait comparer à Marie. Marie ! Il l’a chantée comme nul peut-être ne l’a fait depuis saint Bernard (jamais je n’ai entendu méditation si profonde sur Marie au pied de la Croix). Lire la suite »

Message du pape Benoit XVI, le 26 août 2006

Publié le Mis à jour le

Le Saint-Père, informé du décès du Père Marie-Dominique Philippe, Fondateur de la Famille Saint-Jean, a chargé le Cardinal Secrétaire d’Etat de faire parvenir en son nom au Prieur général de la Congrégation Saint-Jean, le message de condoléances suivant :

Vatican, le 26 août 2006

Informé du décès du Père Marie-Dominique Philippe, le Pape Benoît XVI s’unit dans la prière à tous ceux qui sont dans la peine, notamment aux proches du défunt ainsi qu’à la Famille Saint-Jean tout entière, dont il fut le fondateur. Le Saint-Père demande au Seigneur d’accueillir dans son Royaume celui qui, durant de longues années, guida et forma de nombreuses personnes à l’école du Christ, dans l’esprit du disciple bien-aimé, les enracinant dans un amour profond de l’Eglise et dans la fidélité au Successeur de Pierre.

Sa Sainteté rend grâce pour la vie du Père Marie-Dominique, entièrement donnée au Seigneur et à ses frères, enracinée dans la méditation de la Parole de Dieu, dans la recherche et dans la contemplation passionnée de la vérité. Puisse son témoignage donner à tous ceux qu’il a guidés l’élan nécessaire afin que l’Evangile du Christ soit toujours annoncé, accueilli et vécu ! Vous confiant, ainsi que tous les membres de la Famille Saint-Jean et toutes les personnes qui participent aux obsèques du Père Marie-Dominique, à la Vierge Marie, Reine des Apôtres, à saint Jean et à saint Dominique, le Saint-Père vous accorde à tous, en gage de réconfort, une particulière Bénédiction apostolique.

Cardinal Angelo Sodano
Secrétaire d’Etat de Sa Sainteté

Rome, février 2006
Rome, février 2006

Article de Bernard Seillier, ancien sénateur, sur le p. MD Philippe

Publié le Mis à jour le

LE PERE MARIE-DOMINIQUE PHILIPPE,
PHILOSOPHE DE LA PREMIERE HEURE ET PROPHETE DES DERNIERS TEMPS.

Le père Marie Dominique Philippe a permis à un très grand nombre d’adolescents et d’adultes de retrouver le sol ferme de la pensée réaliste et le sens du réel véritable, à une époque sinistrée par l’idéologie et l’abstraction.

La philosophie première, la métaphysique, la philosophie de l’être était la voie évidente et pérenne de ce sauvetage de l’intelligence humaine. Il sut lui donner la chair et la chaleur qu’une pratique scolastique désincarnée avait parfois eu tendance à perdre. Sa pensée philosophique ainsi appuyée sur Aristote et Thomas d’Aquin, s’épanouit dans une pensée théologique inspirée par Saint Jean.

La cohérence de cette double démarche incita quelques uns de ses élèves de philosophie de la Faculté de Fribourg à le pousser à fonder une nouvelle communauté religieuse : « la Communauté Saint Jean ». Cela ne pouvait avoir de sens que si l’Eglise avait effectivement besoin d’une nouvelle forme de vie consacrée, dans les temps d’apostasie dans lesquels nous étions entrés. La phrase du Christ à Saint Pierre à propos de Saint Jean : « Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? » Jean 21,22. fondait sa conviction de l’opportunité d’une Communauté chargée de conserver l’huile nécessaire pour garder les lampes allumées au retour de l’époux. Encouragé par Marthe ROBIN à qui il avait confié ses hésitations à se lancer dans cette initiative, il conserva son habit blanc de frère prêcheur tandis que les frères et sœurs de la Communauté Saint Jean revêtaient un habit gris. Sa longévité même semblait comme une confirmation du dessein du Christ concernant Saint Jean. Lire la suite »