Rosaire

Extrait du p. MD Philippe sur la prière du rosaire

Publié le Mis à jour le

Introduction à la prière du rosaire

L’Esprit Saint nous éduque par le Coeur de Marie, à travers la joie, à travers la douleur, et dans la gloire. A travers la joie, pour que toutes nos joies soient totalement offertes à Dieu, qu’aucune de nos joies ne nous enferme sur nous-mêmes – c’est toujours le danger de la joie. (…)

Il faut que la souffrance soit pleinement transformée par l’amour; jusqu’à la fin de notre vie, nous aurons toujours peur de la souffrance, si nous restons des êtres humains. Ce qui est merveilleux, c’est de voir comment la souffrance peut être prise dans le Coeur blessé de l’Agneau, dans le Coeur de Marie, pour devenir pour nous, source d’un nouvel amour. C’est ce que nous allons demander à Marie de nous faire comprendre dans sa pédagogie divine, de nous aider à vivre de toutes les blessures qui peuvent arriver dans notre vie (…)

Le Coeur eucharistique de Jésus nous attire pour que notre coeur soit tout proche du sien. Nous voulons être UN avec le Coeur blessé de l’Agneau, avec le Coeur eucharistique du Christ. Nous savons que nous sommes tous voués à la souffrance, mais une souffrance glorieuse dès cette terre, parce que portée par l’amour.

Père Marie-Dominique Philippe, 1982, Poissy

Extrait d’un article du p. MD Philippe, sur le rosaire

Publié le Mis à jour le

Le Rosaire

Le rosaire n’a pas d’autre finalité que de nous permettre de vivre dans une plus grande intimité avec Marie, c’est-à-dire de vivre son mystère, car il est pour nous. Les mystères de Marie sont nos mystères. Les mystères d’une Mère divine sont les mystères de ses enfants ; c’est la différence entre la maternité divine et la maternité humaine. Et plus nous sommes fidèles à l’Esprit Saint, plus nous découvrons que nous sommes appelés à vivre la vocation de Marie : c’est la vocation de l’Église. À ce moment-là nous devons comprendre combien l’Esprit Saint veut réaliser une unité de vie, une unité profonde entre notre vie et celle de Marie. Notre grâce chrétienne est mariale, c’est-à-dire que Marie, instrument de grâce, médiatrice de toutes grâces, nous montre de la manière la plus forte ce qu’est la grâce chrétienne, et combien nous devons la vivre. Et que Marie nous soit donnée pour que nous puissions vivre la grâce chrétienne, c’est un surcroît de grâce (…) Lire la suite »