Extrait du p. MD Philippe: préfigurations de l’Agneau

Publié le Mis à jour le

Préfigurations de l’Agneau

Nous retrouvons l’agneau dans le sacrifice d’Isaac. Le petit Isaac doit être offert par son père Abraham et, à la dernière minute, c’est un bélier qui est offert — agneau aussi, mais d’une manière tout à fait particulière, car le véritable agneau, c’est Isaac ; mais parce que, dans l’ancien testament, on est encore dans l’ordre de la disposition, de la préparation, rien n’est encore parfait.

L’Agneau réapparaît dans la correction très mystérieuse que Dieu, par Moïse, fait au Pharaon : les dix plaies se terminent par l’extermination des premiers-nés à laquelle est liée la première Pâque : l’agneau pascal est offert pour le salut du peuple d’Israël. Au moment même où, pour le convertir, Yahvé corrige le cœur endurci du Pharaon, l’agneau est offert et son sang est versé pour protéger le peuple d’Israël du passage de l’ange exterminateur. C’est le sang de l’Agneau qui fait le discernement entre ceux qui sont épargnés et ceux qui doivent subir cette dernière pénitence, cette ultime correction : le passage de l’ange exterminateur qui tue les premiers-nés. Les premiers-nés étaient l’espérance du Pharaon, et l’Agneau protège, il enveloppe de son sang le peuple d’Israël.

Père Marie-Dominique Philippe, Conférence AFC, 1991