Mois: décembre 2017

Extrait du p MD Philippe sur la maternité de Marie

Publié le Mis à jour le

La maternité divine de Marie

Le mystère de la maternité divine de Marie projette une lumière ultime sur la maternité humaine. « Toutes les générations me proclameront bienheu­reuse ». Cela veut dire que, dans la pensée de Dieu, la maternité divine de Marie représente bien un sommet ; c’est la maternité par excellence, c’est la maternité humaine la plus parfaite, qui aboutit au mystère même de Dieu et qui montre ainsi comment l’humanité se termine en Dieu, s’achève en Dieu. Il faut donc voir …  comment la première alliance que Dieu a voulu réaliser avec l’humanité est une alliance dans la maternité, et comment cette première alliance dans la maternité est totalement reprise, tota­lement transformée, dans la maternité divine de Marie.

Père Marie-Dominique Philippe, « L’Etoile du Matin »

Témoignage du p. Jean Christophe sur le p. MD Philippe : conclusion

Publié le Mis à jour le

CONCLUSION

Au terme de ces réflexions, je crois que la grande question que nous devons nous poser est: quel est l’aspect du mystère du Christ dont le père Marie-Dominique a le plus vécu, et que nous sommes appelés à vivre à sa suite ? Ou dit autrement : quel est le don de l’Esprit Saint dont il a le plus vécu ? Ou encore : de quelle béatitude a-t-il le plus vécu? Car dons du Saint-Esprit et béatitudes sont liés.

Certainement comme Saint Jean, il a vécu du mystère du Verbe qui demeure éternellement dans le sein du Père, et qui se fait chair, devenant Lumière du monde, lumière d’amour vécue et communiquée dans une charité fraternelle éminemment personnelle, jusqu’au don total de soi au Père et à ses frères.

Du point de vue des dons du Saint-Esprit, nous pouvons dire qu’il les a tous vécus : don de crainte (par son esprit de pauvreté), de science (liée à sa recherche philosophique), de conseil (par sa douceur et sa docilité au Paraclet), de force (par sa lutte incessante pour la gloire du Père), de piété (par l’adoration et la miséricorde), d’intelligence (par la théologie), et de sagesse (par sa soif de contemplation, sa soif du mystère du Père). Cependant, il semble clair que c’est la quête de la sagesse qui est la trame profonde de toute sa vie. D’autre part, le lien filial à l’égard de la Vierge Marie, et du Père, ainsi que la miséricorde inépuisable qui le caractérisent également fortement, relèvent du don de piété et de la béatitude des miséricordieux. Et la pauvreté spirituelle me semble marquer radicalement toute sa vie, depuis sa recherche de vérité jusqu’à la manière dont il a guidé la Communauté Saint-Jean.

Nous pouvons donc peut-être dire qu’il a cherché avant tout à vivre du don de sagesse (qui a pour fruit la béatitude des artisans de paix), dans une immense pauvreté spirituelle (fruit du don de crainte) et une inépuisable miséricorde pour tous ceux que le Seigneur a mis sur sa route (fruit du don de piété). Si cela est vrai, c’est aussi ce que nous devons chercher à vivre. Mais évidemment cette question reste ouverte. Demandons à l’Esprit-Saint de nous conduire à la vérité toute entière sur ce qu’Il a donné à l’Eglise et nous a appelé à vivre à travers notre père !

Extrait du p MD Philippe sur Noël

Publié le Mis à jour le

La formation du Corps du Christ

En devenant Mère de Dieu, dans une pauvreté totale, Marie réalise la chose la plus grande que notre univers ait réalisée : la formation du corps de notre Dieu. Marie devient source de ce chef-d’œuvre divin qui est Jésus. La maternité humaine est liée à tout l’univers et on peut dire que tout l’univers est pour la maternité, pour la fécondité, pour que l’espèce survive. Si donc on comprend que tout l’univers est pour cette fécondité, et que la fécondité de Marie dépasse toutes les autres fécondités, on peut dire que le mystère de la maternité divine de Marie est vraiment la réalisation de ce qu’il y a eu de plus grand dans notre univers : la formation du corps du Christ, la formation du corps de notre Dieu.

Père Marie-Dominique Philippe, « L’Etoile du Matin »

Extrait du p MD Philippe: recevoir la parole de Dieu

Publié le Mis à jour le

Recevoir la parole de Dieu

La consécration virginale permet de recevoir la parole de Dieu de telle manière qu’on soit enseigné immédiatement par Dieu, et donc de recevoir la parole de Dieu dans toute son intensité, de la recevoir comme une parole substantielle qui implique, nécessairement, à la fois la joie et la douleur. Le « petit livre » que Jean doit avaler nous fait comprendre que cette parole est une parole substantielle qui nourrit; il procure la joie à Jean qui le prend, mais aussi la douleur « dans ses entrailles ». Or Marie est bien la première à se nourrir de la parole de Dieu, puisque son cœur est consacré à Dieu, et qu’elle ne veut recevoir d’enseignement que de Dieu. Elle veut que la parole de Dieu prenne possession de toute sa vie.

Père Marie-Dominique Philippe, « L’Etoile du Matin »

Estratto sulla nuova Eva

Publié le Mis à jour le

Maria e la creazione di Eva

Maria nell’economia della salvezza è la nuova Eva. La prima ha generato l’umanità nel peccato, perché ha disubbidito al comando del suo Creatore, la seconda, attraverso suo Figlio, libera l’umanità dal peccato e la rigenera alla vita soprannaturale. …

P. Philippe raccorda la nascita di Eva, madre dell’umanità, dalla costola di Adamo, alla nascita di Maria, madre della Chiesa, dal costato di Gesù, ferito dalla lancia del soldato romanno: « Bisogna unire questi due testi della Scrittura, l’inizio della Genesi e la fine del Vangelo di Giovanni, il punto di partenza e il punto di arrivo, dove appare il mistero della donna […] prima secondo l’ordine genetico, poi secondo l’ordine di perfezione ». È dalla donna che nasce l’Agnello redentore, che il Dragone a sette teste, simbolo del Diavolo vorrebbe uccidere, ed è la Chiesa, che il Diavolo, vorrebbe distruggere. Ma, come narra l’Apocalisse, alla fine del tempo, pur attraverso il travaglio delle lotte e delle persecutioni, il Demonio verrà sconfitto.

Estratto del libro di Piero Viotto,

La Vita di Maria, secondo Marie-Dominique Philippe”

Extrait du p MD Philippe : la consécration de l’intelligence

Publié le Mis à jour le

La consécration de l’intelligence

Le mystère de la virginité implique aussi une consécration de l’intelligence. C’est le propre d’un cœur virginal, de ne vouloir être influencé que par Dieu. Nous sommes si facilement influencés par les erreurs! Marie sait que la première femme a été influencée par la ruse du démon; son cœur est très profondément marqué par cela, et elle comprend qu’il faut qu’elle ne soit influencée que par Dieu. C’est là que nous découvrons comment la consécration virginale s’empare de l’intelligence : l’intelligence doit être enveloppée d’amour pour rester toujours vraie; et un cœur virginal a un très grand souci de vérité, puisqu’on ne peut pas aimer vraiment sans la vérité.

Père Marie-Dominique Philippe, « L’Etoile du Matin »

Témoignage du p. Jean Christophe sur le p. MD Philippe : incarnation de l’esprit

Publié le Mis à jour le

III. INCARNATION

Je voudrais ici souligner brièvement quelques moyens, permettant d’incarner l’esprit, qui étaient chers au père Marie-Dominique.

Vie religieuse : il aimait très profondément la vie religieuse, non d’une manière formaliste, mais comme une manière privilégiée de vivre du mystère de la Vierge Marie, source de la vie religieuse à laquelle il voulait revenir. Pour lui, la vie religieuse de la communauté Saint-Jean, c’était revenir au mystère de Marie. Dans les années 90, il a fait une fois toute une série de Conférences au noviciat sur les caractéristiques de la vie religieuse comparativement à une simple vie consacrée. Et un jour, en privé, il m’a raconté lui-même qu’un certain frère, projetant de fonder un Foyer, avait écrit que ce genre de vie était plus évangélique que la vie religieuse ; le père  avait alors barré ce passage, car il considérait la vie religieuse comme plus évangélique.

Il voulait notamment que nous vivions une vraie vie fraternelle en commun, ce qui est un des éléments qui structurent la vie religieuse. Et il souhaitait que cette vie fraternelle, dans nos petits prieurés, ait une note très familiale, considérant que la vie religieuse devait maintenir dans l’Eglise ce caractère familial.

Oraison silencieuse : elle est la première incarnation de notre soif de contemplation ; le père y tenait absolument, comme je l’ai déjà dit ci-dessus.

Les études et le travail intellectuel  C’était capital pour lui, afin d’incarner la recherche de la vérité. Il savait que ce travail était très exigent et difficile, et considérait que c’était notre ascèse principale, beaucoup plus que l’ascèse par rapport à la nourriture. Il nous demandait d’acquérir de moeurs de travailleur, et nous mettait en garde contre « le dillettantisme »… Lui-même était un travailleur acharné du point de vue intellectuel, depuis toujours et notamment durant les années où il a dû enseigner la philosophie à Fribourg. Le travail intellectuel est une partie essentielle de notre vie, non seulement pendant les premières années de formation, mais pendant toute notre vie.

Saint Thomas : le père Marie-Dominique aimait énormément Saint Thomas d’Aquin, spécialement son « Commentaire sur l’Evangile de Saint Jean », qu’il a fait traduire en français. Les cours de théologie scientifique consistaient essentiellement à commenter la « Somme Théologique ». Il citait beaucoup Saint Thomas dans ses autres cours aussi, il en avait une connaissance extraordinaire, aussi bien du point de vue de l’extension que de la profondeur. Et il nous a très souvent dit qu’il était essentiel que nous restions fidèles à Saint Thomas. Cette étude de la théologie de Saint Thomas est une partie importante de notre labeur intellectuel…

Théologie mystique : cependant, il insistait beaucoup sur la nécessité d’une théologie mystique pour compléter la théologie « scientifique » de Saint Thomas. Il a lui-même beaucoup développé cette partie de la théologie, qui cherche à regarder tout les mystères révélés directement du point de vue de l’amour. C’est une dimension essentielle de l’héritage intellectuel du père Marie-Dominique. Il est en cela encore pleinement disciple de Saint Jean, premier théologien mystique. « Appelez-la autrement si vous préférez : théologie glorieuse… », disait-il pour ceux que le terme « mystique » pourrait gêner ; l’appellation importe peu, pourvu que le contenu soit là.

Philosophie : Il avait un sens éminent de l’importance de la philosophie, et de la métaphysique en particulier. « Maintenir à tout prix la philosophie spéculative ». Il a voulu que nous commencions à étudier la philosophie dès le noviciat. Je n’oublierai jamais que mon fondateur a enseigné la philosophie pendant plus de 60 ans ! Il disait, non sans une certaine fierté, qu’il était le plus vieux professeur de philosophie.

Le silence : il y était attentif, et l’a demandé expressément dans la Règle de vie des frères. Mgr Zheng Zai-Fa, évêque de Tainan, m’a rapporté que lorsqu’il était allé à Saint-Jodard, il avait été impressionné par le silence du couvent, et que le père Marie-Dominique lui avait dit : « Silencium initium sapientiae » (ou quelque chose comme ça) : le silence est le commencement de la sagesse.

La liturgie : il rappelait souvent que notre liturgie devait être sobre et mettre en pleine lumière la Parole de Dieu, beaucoup plus que la beauté musicale. C’est pourquoi il appréciait la musique de Magdalith, beaucoup plus que le chant polyphonique et même plus que le grégorien, qu’il ne devait pas trouver encore assez dépouillé. Et surtout il nous a enseigné, par ses paroles et son exemple, que notre liturgie doit être centrée sur l’Eucharistie.

Le père spirituel : comme je l’ai écrit ci-dessus, il accordait de l’importance à la paternité spirituelle, mais il insistait beaucoup sur la pauvreté nécessaire au père spirituel : ne jamais s’imposer, « il vaut mieux pécher par excès de discrétion que l’inverse ! » disait-il parfois. Je crois me souvenir qu’il m’a dit une fois que son père spirituel, le père Dehau, lui avait dit avant de mourir (le père Marie-Dominique ne devait plus être très jeune) de continuer dans la ligne qu’il lui avait donnée, et qu’il n’avait pas cherché d’autre père spirituel ensuite.

La retraite annuelle : il lui accordait une grande importance, « encore plus importante que la Semaine Sainte ». Le silence était un aspect nécessaire à la retraite. Mais il n’était pas opposé à ce qu’on rencontre fraternellement un frère si Jésus le demandait. Une année il avait fait un chapitre très drôle au milieu de la retraite de communauté.

La Famille Saint-Jean : je crois que le père y tenait beaucoup, non pas d’abord comme une instituion canonique, mais comme une famille où tous, frères, soeurs, oblats, s’aiment intensément, dans un grand respect mutuel, et dans le respect de la vocation propre à chacune des branches. Je crois aussi que, pour lui, cette famille restait ouverte à la possibilité d’accueillir de nouvelles branches, puisqu’à l’époque où existaient les Soeurs Mariales il souhaitait qu’elles deviennent membres de la Famille Saint-Jean. Elle est un lieu de l’incarnation de notre charité fraternelle, assumant des amitiés humaines.

Du point de vue apostolique, le père a toujours eu un grand souci des jeunes, et il a voulu qu’ils soient une priorité de notre apostolat. Même s’il ne s’agit évidemment pas de « récupérer des vocations », il nous toujours demandé aussi d’être spécialement attentifs à ceux qui se posent la question de la vocation. Les familles également.

Et il nous a toujours encouragés à développer avant tout des apostolats permettant la communication de la lumière, souhaitant qu’il y ait une « Ecole Saint-Jean » dans tous nos prieurés.

 Nous savons qu’avant la fondation de la communauté il a consacré pendant de nombreuses années la moitié de son temps à prêcher aux contemplatives, c’est aussi quelque chose qu’il avait très à coeur, et donc c’est également une priorité pour nous.

Je crois qu’au fond, à part la contemplation, ce qui l’intéressait vraiment c’était la communication de la lumière (enseignement, prédication), et les personnes. Tout le reste était pour lui secondaire, voire ennuyeux…