Extrait du p. MD Philippe: le petit Abel

Publié le Mis à jour le

Le petit Abel est l’agneau

Commençons par regarder l’Ecriture. Essayons de comprendre [ce grand thème de l’Agneau], ce « leitmotiv » de la musique de l’Esprit Saint, comme dirait saint Augustin, le plus fondamental et, d’une certaine manière, celui qui est ultime. Dès le point de départ on voit le petit Abel offrir les prémices de son troupeau. On ne parle pas d’agneau, mais on peut être sûr que les « premiers-nés de son troupeau » sont des agneaux. Et Abel les offre avec tant d’amour que l’Agneau va réclamer de lui l’offrande de lui-même. C’est impressionnant ; c’est du reste pour cela que, dans le premier Canon de la messe, Abel est mentionné. C’est grand de voir ce mystère de l’Agneau qui reste comme caché, qui n’est pas explicite. (…) Le petit Abel est l’agneau et il est massacré par la jalousie fraternelle et religieuse de son frère qui ne supporte pas que le cadet passe devant lui, qui ne supporte pas que, dans l’adoration et dans le sacrifice, Dieu ne respecte pas son droit d’aînesse. Tout cela est présent dans le mystère de l’Agneau, il ne faut pas l’oublier.

Père Marie-Dominique Philippe, Conférence AFC, 1991