Mois: mai 2018

Extrait du p. MD Philippe, vivre de la Très Sainte Trinité

Publié le Mis à jour le

Vivre de la Très Sainte Trinité

Demandez à Marie, elle qui a vécu si profondément le mystère de la Très Sainte Trinité, d’être de plus en plus « chez vous », au plus intime de votre vie, pour que vous puissiez vivre comme elle, avec elle, ces mystères, et que, vous aussi, à sa manière, vous soyez complementum totius Trinitatis. C’est le rôle propre de la créature la plus aimée de Dieu. C’est le rôle propre des benjamins dans la famille de Dieu, d’être ceux qui sont inséparables du mystère de la Très Sainte Trinité.

Père Marie-Dominique Philippe, note de conférence, 1964

Extrait du p. MD Philippe sur le don de l’Esprit Saint

Publié le Mis à jour le

Le don de l’Esprit Saint

À la Croix, en offrant toute sa vie, c’est-à-dire en acceptant d’être le grain de blé qui tombe en terre et qui meurt, en acceptant cette pauvreté totale, il est dans son humanité l’instrument le plus pur du Père et du Verbe. Dans son sacerdoce, au plus intime de son âme humaine, il est associé à la gloire du Verbe : spirer l’amour et nous donner l’Esprit Saint. Pour pouvoir nous donner l’Esprit Saint, il faut qu’il soit associé avec le Père à cette spiration d’amour.

Ce qu’il y a de plus grand dans le sacerdoce du Christ, c’est de nous donner l’Esprit Saint, de communiquer l’amour en nous donnant l’Esprit Saint. Il faut souvent demander la grâce d’entrer profondément dans ce mystère de Jésus qui, dans son sacerdoce, est source de l’Esprit Saint.

Père Marie-Dominique Philippe, Suivre l’Agneau

Answer to the letter of Francette MEANEY : Comment n°1

Publié le Mis à jour le

At the very moment when Francette MEANEY received the first answers to her letter, the Holy Father raised the question of tenderness on the part of priests: « The pastor is anointed with oil on the day of his ordination, priestly and episcopal. But the true oil is interior; it is the oil of closeness and tenderness. The pastor who does not know how to be close, misses something (…). A pastor who lacks tenderness will be stern, mistreating the flock. Proximity and tenderness: we see it here. Jesus was so. »

Many of us have experienced this genuine tenderness of father Marie-Dominique PHILIPPE, misunderstood by the majority of his detractors. In their response to the letter of Francette MEANEY, these detractors persist in judging the intentions of a dead man by rejecting the verifiable findings of the counter investigation.  

The answer of an accuser clearly indicates that she wished to denounce the diversion of this tenderness by certain brothers and not father Marie-Dominique PHILIPPE, as was already revealed by another accuser at the beginning of the investigation in the spring of 2015 (see the Introduction to the publication of Information Note n°1).

The accuser, by her own admission, also reveals in her answer that without the brothers’ abuses, she would never have given the testimony that some of the concealed detractors asked of her in order to damage father Marie-Dominique PHILIPPE and his teaching on the love of friendship.

This finding reveals the misuse of the word « victims » to designate complainants.

It constitutes the second scathing disavowal of the slander propagated since May 2013 on the official website of the Congregation  of St Jean.

Respuestas a la carta de Francette MEANEY : Comentario n°1

Publié le Mis à jour le

En el momento mismo en que Francette MEANEY recibía las primeras respuestas a su carta, el Santo Padre evocaba el tema de la ternura de los sacerdotes: “El pastor es ungido con el óleo, el día de su ordenación: sacerdotal y episcopal. Pero el verdadero óleo, ese interior, es el óleo de la cercanía y de la ternura. Al pastor que no sabe hacerse cercano, le falta algo(…). Un pastor al que le falta la ternura será uno rígido, que apalea a las ovejas. Cercanía y ternura: lo vemos aquí. Así era Jesús”.

Muchos de nosotros pudimos experimentar la ternura auténtica del p. Marie-Dominique PHILIPPE, la cual, es incomprendida por la mayoría de sus detractores declarados. En sus respuestas a la carta de Francette MEANEY, dichos detractores persisten en querer juzgar la intención de un muerto después de su muerte, rechazando los hechos verificables de la investigación contradictoria.

La respuesta de una de las acusadoras indica claramente que, de hecho, fue la desviación de dicha ternura por parte de algunos hermanos lo que ella quiso denunciar y no al p. Marie-Dominique PHILIPPE, como ya lo había revelado otra de las acusadoras cuando se inició la investigación contradictoria en la primavera del 2015 (cf. Introducción de la publicación de la Nota de información n°1).

Según su propia confesión, la acusadora también revela que sin el abuso de tales hermanos nunca habría hecho la declaración que algunos detractores escondidos le pidieron que hiciera, para perjudicar al p. Marie-Dominique PHILIPPE y su enseñanza sobre el amor de amistad.

Por lo tanto, este hecho revela el abuso en el uso de la palabra “víctimas” para designar a las denunciantes.

Esto constituye la segunda discrepancia de las calumnias propagadas desde mayo del 2013 en el sitio oficial de la Congregación san Juan.

Extrait du p. MD Philippe: Garde-les dans ton Nom

Publié le Mis à jour le

« Garde-les dans ton Nom »

Père saint, garde-les dans ton nom que tu m’as donné ; pour qu’ils soient un comme nous.

La grande exigence de la charité fraternelle est exprimée ici de la manière la plus forte. Pour que cette unité existe, il faut être gardé dans le Nom du Père. Qu’est-ce que cela veut dire ? Il me semble que c’est être sous l’attraction du Père. On ne peut pas être gardé dans le Nom du Père s’il n’est pas pour nous celui qui nous attire, celui qui est notre bien ultime, puisque c’est le propre du bien, d’attirer. Il faut que le Père soit notre bien, notre fin, celui qui donne son sens à notre vie. Le Fils n’est Fils que par le Père. Et là, est fils celui qui est attiré par le Père et gardé en son Nom. C’est le propre du Fils d’être directement sous l’emprise du Père, enveloppé par lui. Nous ne le demandons pas assez, cela il faut bien le reconnaître. Il est rare que nous demandions au Père de nous garder en son Nom, sous l’emprise immédiate de sa personne en tant qu’il est bon -­Dieu seul est bon-­ afin de vivre de cette attraction, de vivre de son amour.

Père Marie-Dominique Philippe, Suivre l’Agneau

Extrait du p. MD Philippe sur la plénitude de la joie

Publié le Mis à jour le

Que votre joie soit parfaite

Le désir du Christ, c’est qu’il y ait dans le cœur de ses disciples une joie plénière, la joie d’accomplir pleinement la volonté du Père, la joie de garder ses commandements comme le Christ lui-même a gardé les commandements de son Père. Ce sont les mêmes, et il veut que la joie de ses disciples soit parfaite, comme dans son cœur il y a la plénitude de la joie. Là il y a une grâce qu’on doit demander, et dont on a besoin, surtout quand on a des « coups durs » à porter, des contradictions difficiles, violentes. On doit alors demander à l’Esprit Saint de pouvoir approcher le mystère du cœur de Jésus qui nous donne cette plénitude de joie : Je vous dis cela pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit parfaite. La joie du Christ, c’est d’être présent au Père et de lui être entièrement donné, de recevoir la plénitude de l’amour du Père et, dans cette plénitude d’amour, de « garder ses commandements ».

Père Marie-Dominique Philippe, Suivre l’Agneau