Serviteurs de la vérité

Témoignage de Jean François PITTET, Professeur de médecine, USA

Publié le Mis à jour le

11 mars 2017

Je m’appelle Jean Francois PITTET et je suis médecin, Professeur d’anesthésie et de Soins Intensifs à l’université d’Alabama aux Etats-Unis. Je suis aussi l’Editeur en Chef d’un des trois plus importants journaux scientifiques pour la spécialité d’anesthésie dans le monde. Je suis d’origine suisse et je suis né en 1952 à Fribourg. J’ai vécu à Lausanne jusqu’à mon départ pour les Etats-Unis en 1990.

Je vous écris cette lettre pour exprimer mon témoignage regardant le père Marie-Dominique PHILIPPE. Je connais le p. Marie-Dominique PHILIPPE depuis le début des années 60. Le p. Marie-Dominique PHILIPPE était un grand ami de notre famille. Pendant des années, le p. Marie-Dominique  PHILIPPE est venu chaque semaine pour dîner dans notre appartement de Lausanne avant de donner ses conférences spirituelles à un groupe d’amis à Lausanne. Le p. Marie-Dominique PHILIPPE est aussi mon parrain de confirmation. Lorsque je suis devenu adulte, j’ai continué à suivre des retraites du p. Marie-Dominique PHILIPPE dans les Foyers de Charité (Poissy) et j’ai continué à le voir quand cela était possible pour lui.

J’ai récemment cherché sur internet des informations pour obtenir l’enregistrement de conférences du p. Marie-Dominique PHILIPPE. J’ai alors découvert le scandale créé par le Prieur Général de la Communauté St Jean accusant le p. Marie-Dominique PHILIPPE « d’activités sexuelles » sans apporter de preuves pour ses accusations.  Je suis scandalisé par ces accusations.

En tant que Professeur de Médecine, j’aimerais témoigner ici d’un fait qui explique pourquoi certaines femmes ont accusé le p. Marie-Dominique PHILIPPE (après sa mort !), d’activité sexuelles incompatibles avec son rôle de prêtre.

Lorsque j’étais en Suisse jusqu’au début des années 90, j’ai assisté de nombreuses fois à des actes de jalousie intenses parmi les femmes qui « suivaient » le p. Marie-Dominique PHILIPPE. Certaines de ces femmes avaient un comportement franchement pathologique qui aurait requis l’intervention d’un psychiatre. Le p. Marie-Dominique PHILIPPE était bien au courant de l’attitude de certaines de ses disciples qui projetaient sur lui des désirs sexuels qu’il n’avait jamais suscité. Il avait exprimé de nombreuses fois à mes parents (ma mère est toujours vivante et vit à Lausanne) le fait que ces attitudes étaient difficiles à supporter, mais que  sa miséricorde était plus grande que tout le reste et qu’il devait être présent pour tous.

On peut peut-être souligner  la naïveté et le manque de prudence (?) du p. Marie-Dominique PHILIPPE en relation avec le vrai désir de contemplation de certains jeunes qui joignaient la Congrégation St-Jean, particulièrement dans les dernières années de sa vie. Le p. Marie-Dominique PHILIPPE était alors un homme âgé avec des problèmes de santé …

Ma question est : que faisaient alors les responsables de la Communauté St-Jean pour discerner les vraies vocations parmi les jeunes qui voulaient joindre la congrégation. Ces responsables n’ont pas eu de problème pour accuser le p. Marie-Dominique PHILIPPE après sa mort … ou étaient-ils quand la Congrégation avait besoin d’eux ?

Le p. Marie-Dominique PHILIPPE est un saint et les saints dérangent … Continuez le combat que vous avez entrepris depuis trois ans … la vérité triomphera.

Amicalement,

Jean-Francois PITTET, M.D.

David H. Chestnut Professor of Anesthesiology

Professor of Surgery 

Investigator, Center for Lung Injury and Repair

Investigator, Alabama Resuscitation Center

University of Alabama at Birmingham 

Editor-in-Chief, Anesthesia & Analgesia

 

Homélie pour les dix ans du retour à Dieu du p MD PHILIPPE

Publié le Mis à jour le

Le père Marie-Dominique PHILIPPE était un peu comme un alpiniste, chaque jour il gravissait un ou plusieurs sommets, et c’est malgré lui qu’il est aussi devenu guide, parce qu’on le suivait. C’est ainsi qu’il nous emmenait chaque jour sur un ou plusieurs sommets. Et toujours au sommet de la contemplation …

Au sommet de la mystique et de la théologie mystique

Au sommet de la métaphysique

Au sommet de l’amour et de l’amour d’amitié

Au sommet de la compassion

Au sommet de la miséricorde et de la réconciliation

Au sommet de la pauvreté et de l’humilité

Au sommet de la théologie et de la théologie de Saint Thomas

Au sommet de l’eucharistie Au sommet et au cœur de l’Eglise

Au sommet de l’oraison et de l’adoration

Au sommet de l’humanité Au sommet de l’amour

Dans le cœur de Marie, Au sommet …

Il était plus tourné vers l’attraction qui le mouvait, car chacun de ces sommets était quelque chose du Christ qu’il cherchait. Il était plus tourné vers cette cause qui le mouvait et l’attirait, le Christ, que par le fait qu’il devenait instrument pour d’autres et une multitude qui le suivaient dans cette ascension. Il aimait à dire d’ailleurs qu’il est bon que l’instrument soit tourné vers sa cause plus que vers le résultat dont il était l’instrument. Il ne se retournait vers nous que pour se préoccuper en bon pasteur et en bon père des brebis que le Seigneur lui confiait, il les prenait comme cela, il ne les triait pas, on le lui reprochait. Et toujours le guide qu’il était s’effaçait au sommet. Lire la suite »

Témoignage de Anne-Laure Justeau, Etats-Unis

Publié le Mis à jour le

Il y a quelques temps je suis tombée sur un reportage très beau présenté dans la série de documentaires de France 2, « Dans les yeux d’Olivier ».

Ce documentaire consacré au thème « Vaincre la Fatalité » nous fait découvrir des personnes qui, malgré des épreuves a priori insurmontables, sont parvenues à donner un sens à leur vie. Le journaliste Olivier DELACROIX rencontre notamment fr Jean-Philippe. Enfant battu et violé à l’âge de 12 ans, fr Jean-Philippe raconte qu’il aurait pu se perdre s’il n’avait croisé sur son chemin quelques personnes pour le guider. Parmi ces rencontres, celle avec le p. Marie-Dominique PHILIPPE a bouleversé sa vie. « A un moment à table (…) il m’a regardé » témoigne fr Jean-Philippe. « Et c’est la première fois qu’on me regardait comme ça. Avec un regard, un petit sourire (…) et là il y a quelque chose qui s’est passé. Et ce regard a changé ma vie. Il y avait un regard intelligent et en même temps aimant. Mais ça peut pas se décrire ça». (https://www.youtube.com/watch?v=ptnxrMWYyXw).

Ce regard du p. Marie-Dominique PHILIPPE, c’était sans doute le même que celui que notre pape François pose aujourd’hui sur chacune des personnes qu’il croise lors de ses rencontres. J’ai passé du temps à observer ce regard à la télévision. C’est un regard rempli de bonté, d’humanité et de compassion, et je comprends les larmes de ceux qui le reçoivent. Je vois le Christ dans ce regard.

Je n’ai pas connu le p. Marie-Dominique PHILIPPE personnellement. Si malgré cela je décide aujourd’hui d’écrire ce petit témoignage, c’est parce que je crois que l’Eglise ne doit pas détruire ces regards mais qu’elle doit au contraire les défendre comme un trésor. Le monde a tant besoin de ces regards.

La seconde raison qui me pousse à prendre la défense du p. Marie-Dominique PHILIPPE tient à ce que l’injustice dont il est victime doit être dénoncée. Lire la suite »

Lettre aux frères capitulants, juin 2013

Publié le Mis à jour le

Un mois après les accusations de mai 2013, de nombreux frères de St Jean, dispersés aux quatre coins du monde, démontaient les accusations portées contre le p. MD PHILIPPE dans la presse française et étrangère, avec la caution d’évêques français.

Lettre aux frères capitulants juin 2013

Lettre du p. MD Philippe, 4 février 2006

Publié le Mis à jour le

Le 4 février 2006, alors âgé de 93 ans, le p. Marie Dominique Philippe répondait avec vigueur aux accusations portées contre lui. Certaines attaques de cette période seront réutilisées en 2009 pour accabler ses disciples, quelques mois avant l’apparition des accusations évoquées dans la presse en mai 2013.

Lettre du p. MD Philippe, 4 février 2006

Témoignage du frère Benoît-Emmanuel

Publié le Mis à jour le

De très nombreuses lettres ont été émises pour dénoncer les accusations de mai 2013 portées à l’encontre du p. Marie-Dominique PHILIPPE. Ces accusations n’étaient pas les premières. Ecrit en juillet 2013, un témoignage de fr Benoît Emmanuel, auteur du livre «Le père Marie-Dominique PHILIPPE, Ouvrier de la Sagesse» (ed. Parole et Silence), rappelle que ces attaques avaient été annoncées déjà du vivant du p. Marie-Dominique PHILIPPE.

Temoignage fr Benoit Emmanuel PDF