Extrait du p. MD Philippe sur les vertus cardinales

Publié le Mis à jour le

Les vertus cardinales

Parmi les vertus morales, celles qu’on appelle « vertus cardinales » au sens premier du terme, sont les vertus fondamentales : quelque chose de très solide sur quoi tout s’appuie. La personnalité de quelqu’un dépend de ces vertus dites « cardinales », c’est-à-dire sur lesquelles on s’appuie : justice, prudence, tempérance, force. Mais tout cela a perdu sa signification. Pourquoi ? Parce qu’on a progressivement perdu le sens de la finalité, autrement dit de ce pour quoi un homme vit, ce pour quoi une femme vit : le sens de notre vie. Dans son encyclique Foi et raison, le Saint-Père signale que la grande crise d’aujourd’hui est une crise de sens, de signification. Nous avons perdu le sens de notre vie, de ce pour quoi nous vivons ; or la morale n’aurait aucun sens s’il n’y avait plus de finalité. Quand on a une finalité, une détermination dans sa vie, on accepte beaucoup de sacrifices.

Père Marie-Dominique Philippe, Conférence AFC, 2000