Extrait du p. MD Philippe: un regard trinitaire

Publié le Mis à jour le

Entrer dans le regard de la Très Saint Trinité

Une théologie de l’économie divine, c’est-à-dire une théologie de la pédagogie de Dieu, doit être très attentive à ces divers commencements. L’un est éternel (le Prologue de l’Évangile de saint Jean) ; l’autre c’est la reprise de tout à partir de la blessure du cœur de l’Agneau, qui ne détruit en rien l’œuvre de la création mais le reprend totalement. C’est pourquoi, dans la lumière de la Croix, nous voyons le mystère de la création (Genèse).

Qu’il y ait trois « commencements », c’est normal, car tout est trinitaire dans l’Ecriture, et c’est toujours le mystère de la Très Sainte Trinité qui donne la dernière lumière sur tout. Tant que nous n’avons pas atteint le mystère de la Très Sainte Trinité, nous n’avons pas vraiment un regard théologique. Selon les Pères de l’Eglise et selon saint Thomas, tant que nous n’avons pas un regard trinitaire, nous n’avons pas non plus un regard théologique. (…) La théologie est le regard trinitaire sur toute chose. Nous entrons dans le regard de la Très Saint Trinité, c’est notre privilège. Le privilège du chrétien c’est de pouvoir regarder toute chose dans la lumière de la Très Sainte Trinité, c’est-à-dire dans la lumière du Verbe de Dieu, puisque la théologie est l’anticipation de la vision béatifique.

Père Marie-Dominique Philippe, Suivre l’Agneau, tome I