Extrait du p. MD Philippe, la philosophie réaliste

Publié le Mis à jour le

La philosophie réaliste

Toute la philosophie réaliste repose donc sur l’expérience, en comprenant que l’expérience humaine est très diverse. Elle fait naître en nous l’admiration et l’interrogation : « D’où cela provient-il ? Qu’est-ce que cela exactement ? En vue de quoi cela est-il ? » Ces interrogations nous permettent de saisir la signification plénière de ce qui nous est donné initialement dans l’expérience. Nous comprenons donc que si, au point de départ, dans l’activité artistique, dans le travail, l’homme fait sa maison, son milieu, il est en même temps soumis à la réalité existante expérimentée, à ce qui est : il y a des choses que l’homme reçoit et qu’il ne fait pas. L’homme n’a pas fait sa nature humaine, il ne s’est pas fait lui-même. Il peut se modifier jusqu’à un certain point, mais il ne s’est pas fait lui-même. Aussi sommes-nous conduits à nous poser la question : « Qu’est-ce que l’homme en tant qu’il est ? D’où l’homme vient-il ? Et y a-t-il une possibilité pour lui de découvrir sa fin ? Enfin, existe-t-il un Etre premier ? » Toute la philosophie est ordonnée à la philosophie première qui cherche à répondre à ces questions.

Père Marie-Dominique Philippe, article paru en 2003