Extrait du p. MD Philippe, la théologie naturelle

Publié le Mis à jour le

La théologie naturelle

La philosophie première se pose cette question : « Existe-t-il une réalité autre que l’homme, au-delà de lui du point de vue de l’être ? » Ce n’est que par la finalité que l’homme pourra répondre à cette question. L’homme existe, il est une personne, il est autonome, il peut se diriger, s’orienter vers sa fin. Mais pour bien s’orienter, il faut qu’il se pose la question : « Existe-t-il un Etre réel, premier, un Etre qui ne soit qu’être et qui soit source de tous les autres ? » La philosophie première s’achève donc en « théologie [1] », dans ce regard contemplatif sur l’Etre premier, Acte pur. L’homme seul peut le découvrir, puisqu’il est au sommet de toutes les réalités qu’il expérimente. Et il se pose cette question : « Existe-t-il un Etre premier, au-delà de la personne humaine, au-delà de la personne de l’ami qui me finalise partiellement ? »

Père Marie-Dominique Philippe, article paru en 2003

 

[1] Comprenons bien qu’il s’agit ici de la théologie au sens où les Grecs en parlaient, c’est-à-dire de la connaissance que le philosophe peut avoir de Dieu, et non de la théologie chrétienne se développant au service de la foi.