Extrait du p. MD Philippe, la philosophie première

Publié le Mis à jour le

Philosophie première

C’est donc en dernier lieu que la philosophie s’ouvre à ce qu’Aristote appelle la « philosophie première ». Elle cherche ce qui est commun à la matière, au vivant, à l’homme : l’être ; plus précisément, elle cherche à connaître ce qui est en tant qu’il est. On l’a appelée la métaphysique, mais c’est un terme matériel. En réalité, Aristote parle de « philosophie première », de la recherche au sujet de ce qui est en tant qu’il est. C’est ce développement ultime de la philosophie qui fait comprendre ce mouvement d’une recherche toujours plus approfondie de ce qu’est la réalité : cette réalité existe avec sa nature, elle peut exister comme un vivant, et si elle existe comme un vivant spirituel, nous découvrons son être personnel. Car si nous cherchons à connaître ce qu’est l’être comme tel, à partir du jugement « ceci est », c’est pour avoir une connaissance beaucoup plus profonde de l’homme, de la personne humaine capable de dire : « Je suis ». L’homme a conscience qu’il existe et peut se demander ce qu’implique son « je suis », comme manière d’être la plus parfaite dont il a l’expérience.

Père Marie-Dominique Philippe, article paru en 2003