Extrait du p. MD Philippe, la philosophie du vivant

Publié le Mis à jour le

Philosophie du vivant

Il n’y a pas que la matière et le mouvement des réalités naturelles ; une expérience nouvelle apparaît avec le vivant : le vivant se meut. Alors que la réalité naturelle est mue et que le monde physique est un monde de mouvement (dans la nature, tout est mû et est indéfiniment en mouvement), le vivant se meut. Il a donc une autonomie, qui grandit avec les différents degrés de vie : la vie végétative, la vie sensible et la vie de l’esprit. La vie dans son sommet est celle de l’intelligence et de la volonté, ce qui exigera du philosophe de s’ouvrir à la recherche de la philosophie première, recherche de la vérité au sujet de ce qui est en tant qu’il est.

Père Marie-Dominique Philippe, article paru en 2003