Extrait du p. MD Philippe, sur une réflexion du père Lacordaire

Publié le Mis à jour le

N’enchaînons pas notre cœur à nos idées.

Henri-Dominique Lacordaire (1802-1861)


Cette réflexion du Père Lacordaire est tout à fait juste. Je dis cela non parce qu’elle est du Père Lacordaire, et qu’il est mon frère en saint Dominique, mon aîné qui a joué un rôle si important dans le retour des Dominicains en France, mais parce que son affirmation est très vraie et relève d’une saine philosophie. Jamais nos idées – si géniales soient-elles – ne doivent être considérées comme des principes, comme des réalités bonnes et exactes ! Nos idées, qui sont le fruit de notre connaissance, demeurent d’ordre intentionnel ; elles sont le fruit de notre intelligence ou de l’intelligence de nos amis, ou encore surgissent-elles de notre imagination ou de celle des hommes. Ces idées – si belles soient-elles – sont dans l’intelligence et dans le cœur des hommes des réalités virtuelles et non réelles, n’existant donc pas par elles-mêmes dans la réalité. Si on les prend comme des principes qui doivent diriger nos actions, on s’avance dans un monde idéal qui n’existe pas.

Ainsi, on comprend bien qu’en enchaînant notre cœur, notre volonté, à nos idées, on avance dans le vide, dans l’intentionnalité, dans ce qui n’existe pas encore dans la réalité. C’est là le grand danger actuel : confondre nos idées, si belles et généreuses soient-elles, avec la réalité existante. 

Père Marie-Dominique Philippe, « A l’âge de la lumière »