Extraits d’interview de Christian Chardot (III), les 3 sagesses et la personne

Publié le Mis à jour le

Les trois sagesses et la personne humaine

Les trois sagesses permettent donc que la personne soit plus offerte ?
Les trois sagesses expriment ce qu’il y a de plus élevé dans l’homme. Cela peut paraître ambitieux mais il n’y a là rien d’original, ou plus exactement c’est seulement en le vivant que l’on expérimente une originalité. Cela ne tolère ni médiocrité ni approximation dans la recherche philosophique et théologique, mais c’est possible avec la grâce de l’Esprit Saint qui purifie la recherche intellectuelle et fait que l’amour ne soit pas arrêté.

Alors c’est un peu un enfantement ?
Oui, c’est un enfantement à la parole de Dieu et à la vie divine qui réclame une pureté d’intelligence et une vraie recherche métaphysique. Il faut avoir le souci constant de chercher la plus pure finalité du cœur et de l’intelligence.

Quelle est votre place dans tout ça ?
Ma place est d’être avec mes frères et de chercher inlassablement la vérité avec eux dans ce don de tout nous-mêmes aux autres. Cette recherche doit être infatigable car on ne peut jamais dire qu’on a trouvé, on ne peut qu’essayer.

On vous reproche parfois un pouvoir spirituel trop fort et sans partage…
J’ai l’impression que ce qu’on me reproche surtout c’est de continuer à chercher malgré les difficultés. Je reste persuadé que plus elle est cherchée, plus la vérité a une force d’attraction parce que l’amour divin réclame une pureté de cœur et d’intelligence toujours plus grande. Je garde ce désir d’aller plus loin. Je ne dis pas du tout que j’ai trouvé et que les autres doivent faire comme moi, non ! Je cherche avec mes frères et nous sommes heureux de trouver ensemble. La vérité s’impose par elle-même et réclame d’aller le plus loin possible.

Extraits de propos recueillis par Christian Chardot le 9 février 2004