Lettre de Francette MEANEY PHILIPPE aux accusatrices et aux détracteurs

Publié le Mis à jour le

L’enquête contradictoire rejetée par l’institution ecclésiale progresse discrètement. De nombreux constats vérifiables montrent les abus des accusatrices et des détracteurs du p. Marie-Dominique PHILIPPE comme les vraies victimes de ces accusations iniques.

4 ans après le dépôt de la supplique au St Père, la lettre de Francette MEANEY, nièce du p. Marie-Dominique PHILIPPE, envoyée personnellement fin 2017 aux principales accusatrices et détracteurs montre les conséquences désastreuses pour l’Eglise et ses fidèles de ces agissements.

Il est opportun de rappeler que les accusations concernant le p. Thomas PHILIPPE sont apparues le mois suivant la diffamation du fr Thomas JOACHIM, Prieur général de la Congrégation St Jean, avant d’être divulguées en mars 2015  par les responsables de l’Arche. Ces accusations rappellent l’effet d’entraînement inéluctable dans ce type d’affaire.

Cette lettre montre concrètement la lourde responsabilité de certains évêques français dans la promotion de ces accusations calomnieuses.

Les premières réponses reçues à cette lettre confirment les abus des principaux détracteurs en précisant comment ils ont détourné certains témoignages qu’ils avaient eux-mêmes provoqués.

Le p. Marie-Dominique PHILIPPE comme son enseignement ne peuvent être tenus pour responsables des comportements déviants avérés de certains frères (cf. Note d’information n°4).

L’exemplarité des disciples les plus fidèles comme leur très belle fécondité malgré la durée de l’épreuve constituent un premier désaveu cinglant à ces calomnies.

Lettre Francette MEANEY