Mois: mars 2017

Extrait du p. MD Philippe, sur la lutte du Carême

Publié le Mis à jour le

Le temps du Carême selon saint Benoît : la lutte

La vie chrétienne ici-bas est une lutte; le Royaume de Dieu est aux violents. Le chrétien ne cesse de conquérir ce royaume d’amour et de vérité. Sachant que le tentateur est toujours prêt à le séduire, en se servant des complicités qui se trouvent en lui en raison des conséquences du péché originel, il ne doit cesser d’acquérir des « moeurs guerrières ». C’est pourquoi plus il progresse dans l’amour et l’acquisition des vertus – plus il devient un « pacifique », plus ce progrès et cette acquisition réclament de lui une intensité de lutte.

Père Marie-Dominique Philippe

« Analyse théologique de la Règle de saint Benoît »

Extrait du p. MD Philippe sur le temps du Carême

Publié le Mis à jour le

Le temps du Carême selon saint Benoît : l’oraison et la lectio

Durant ce temps, il faut éviter toutes les négligences, il faut se préserver de tout vice. Il faut donc que la conversion des mœurs soit très parfaite, soit très actuelle. On ne peut se contenter d’une vie apparemment vertueuse.

Il faut aussi « s’appliquer avec larmes à l’oraison, à la lecture, à la componction du cœur et à l’abstinence ». Saint Benoît insiste spécialement sur l’oraison et la lectio divina durant le Carême. Il insiste précisément parce que ces exercices relèvent des décisions privées des moines. Ceux-ci doivent pendant cette période liturgique faire un effort de mener une vie plus contemplative, plus solitaire, plus unie au Christ. L’oraison fervente et la lectio divina doivent les y aider.

Père Marie-Dominique Philippe

« Analyse théologique de la Règle de saint Benoît »