Extrait du livre « Une Nouvelle Pentecôte », vivre auprès de Marie

Publié le Mis à jour le

Vivre auprès de Marie

Fr. Benoît-Emmanuel – Si le père Marie-Dominique était avec nous, il nous dirait, avec la force unique qui était la sienne lorsqu’il prêchait, que cette Année de la miséricorde, nous ne pourrons la vivre qu’auprès de Marie, qu’avec elle. C’est bien la présence de Marie immaculée, revêtue de la miséricorde du Père, qui est une grande lumière pour le monde, un grand éclair, c’est elle qui déchire le voile pour nous faire sortir des ténèbres, pour nous faire entrer dans la miséricorde et nous aider ainsi à nous préparer au retour de Jésus dans sa gloire.

La lumière de la sagesse ne vient-elle pas libérer l’homme ? Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous libérera1. Toute la recherche philosophique du père Philippe faisait de lui un homme très sensible, tellement intelligent qu’il saisissait avec une acuité unique tout ce qui aveugle l’intelligence et le cœur de l’homme, et le rend bien souvent esclave sans même qu’il s’en aperçoive, prisonnier de tous les relativismes, prisonnier de cette recherche effrénée du plaisir pour lui-même, de la séduction du pouvoir et de l’efficacité. Et pour lui, le paroxysme de cet esclavage est que l’homme, prisonnier de ce conditionnement, devient incapable de découvrir ce pour quoi il est fait, incapable de découvrir le but de son existence.

Mais s’il saisissait tout cet aspect ténébreux qui atteint particulièrement l’homme d’aujourd’hui, il touchait bien davantage la lumière de la sagesse qui, seule, peut permettre à l’homme de tenir debout, de découvrir son bonheur capable de le combler.

La sagesse n’est-elle pas déjà un reflet de lumière qui conduit à la présence de Dieu ? Et nous savons que Dieu, dans sa sagesse, nous donne Marie pour vivre cette ascension. Vivre du Magnificat, n’est-ce pas une ascension merveilleuse ? N’est-ce pas vivre de la joie du cœur de Marie ? Une mère n’a qu’un seul désir, celui de transmettre sa joie à ses petits enfants. Elle veut nous donner sa joie. Alors recevoir Marie comme mère pleine de miséricorde, n’est-ce pas recevoir le don le plus précieux, le plus admirable ? Dieu ne peut rien nous donner de plus grand. Marie est bien alors le signe lumineux pour nous de la miséricorde du Père qui se penche sur ses enfants pour les combler. C’est à la Croix que Marie est donnée à Jean et, à travers Jean, c’est à chacun de nous que Marie est donnée. C’est bien en la regardant, que nous découvrons de façon ultime l’infinie tendresse du Père pour nous.

Vous pouvez commander ce livre aux adresses suivantes:

lagelinotte55@yahoo.fr ou amisdupmdphilippe@orange.fr

1 Jn 8, 32