Une Nouvelle Pentecôte d’Amour, quelques passages suggestifs

Publié le Mis à jour le

Passages du livre

Au coeur de l’amour, nous découvrons l’offrande…

Il n’est pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Au coeur de l’amour, nous découvrons l’offrande, le sacrifice, le renoncement, le don. Jésus Crucifié est le visage de l’amour du Père pour nous. (…) Il y a dans l’Ancien Testament ce récit des fils de Noé, qui est tellement instructif. Alors que Noé a bu des boissons fermentées plus que de coutume, il se trouve sous sa tente, nu. Cette nudité est le symbole de la faute, de la fragilité. Un de ses fils profite de cette situation pour découvrir la faiblesse de son père. Son autre fils, au contraire, le couvre d’un vêtement, et détourne son regard pour ne pas voir sa nudité. La seconde attitude est celle de la miséricorde : Marie est là pour vêtir le pêcheur, envelopper sa nudité et être sa mère, disait le père Philippe.

Frédéric Tavernier-Vellas

La miséricorde pour révéler un amour

Dans l’ordre de l’amour, de la miséricorde, on peut sembler à première vue manquer d’efficacité. Lorsque l’on fait miséricorde, on s’appuie sur le Christ qui nous donne une liberté personnelle immense pour nous engager dans l’amour, un amour qui porte le frère ou la soeur dans sa misère. Est-ce que la miséricorde n’est pas d’abord faite pour révéler un amour qui manifeste au misérable qu’il est plus que sa misère, au pêcheur qu’il est plus que son péché, qu’il est aimable et qu’il a une dignité personnelle qui demeure, capable de lui donner la force de dépasser sa misère ? Faire miséricorde, c’est bien une grâce qui nous est donnée par le Christ.

fr. Philippe-Marie Mossu

La grâce d’avoir un coeur blessé

C’est tellement mystérieux de découvrir que c’est un coeur blessé qui vient à la rencontre de notre coeur blessé, pour nous sauver. Jésus choisit ce chemin de petitesse pour venir à notre rencontre. C’est un coeur blessé qui connaît toutes nos souffrances et qui permet à Jésus d’être tout proche. (…) Suivre Jésus à travers les pauvres, c’est demander la grâce d’avoir un coeur blessé, attendri, vulnérable à la souffrance, un coeur transpercé comme celui de Marie qui sache accueillir dans l’amour toute la misère du monde, et spécialement celle que vivent ceux qui sont tout proches de nous.

fr. Benoît-Emmanuel Peltereau-Villneuve