Témoignage de Gabrielle de Suisse

Publié le Mis à jour le

Voici mon témoignage en tant qu’étudiante à Saint Jodard de 1996 à 1999. Le Père Philippe y donnait des cours de philosophie et de théologie deux jours et demi par semaine, célébrait les Eucharisties, accompagnait la Communauté. En plus de tout ce qu’il avait à faire, c’était quelqu’un qui était attentif aux étudiants. Disponible et humble.

Pour illustrer cet aspect, je rapporte ici cette anecdote:

Notre maisonnée d’étudiants l’invita pour un repas. Je me rappelle notre agitation durant la préparation du repas et de la salle à manger. Contrastant avec cette fébrilité, le Père Philippe arriva seul, à pied. J’ai le souvenir qu’assis à notre table, il pria fermement qu’on le serve peu, et ne parla que si on lui adressait la parole. Nous avions attendu un Professeur, mais le repas se déroula très simplement et rapidement, nous laissant l’impression d’une proximité toute simple. Je ne sais plus la teneur exacte de nos conversations, sinon qu’interrogé à propos d’un livre exposant divers prodiges et révélations, il était resté très prudent. En tant que maîtresse de maison, je me rappelle avoir été presque déçue de l’accueil que nous lui avions réservé. Tout avait été si simple. J’étais restée sur ma faim. J’ai réalisé bien plus tard qu’il nous avait encore une fois fait comprendre par là qu’il s’agissait bien d’en attendre un Autre, véritable source d’eau vive qui nous désaltérerait et nous rassasierait véritablement. Dans cette rencontre comme dans ses conférences, toujours, il nous indiquait le Christ et nous aidait à désirer Sa venue.

Gabrielle