Extrait du livre « Ouvrier de la Sagesse »: l’amour de la Vierge Marie

Publié le Mis à jour le

Son amour pour la Vierge Marie

Saint Dominique avait un extraordinaire amour pour la Vierge Marie. On raconte qu’un jour, alors qu’il était très découragé devant le peu de conversions, il se retira dans un bois pour prier et faire pénitence. La Vierge Marie lui serait alors apparue en lui disant : « Mon fils Dominique, ne vous étonnez pas de ne pas réussir en vos prédications ! Car, vous labourez un sol qui n’a pas été arrosé par la pluie de la Salutation angélique, et c’est ainsi que le monde fut racheté… Exhortez-donc les hommes, dans vos sermons, à réciter mon Psautier (il sera appelé plus tard : Rosaire), et vous en recueillerez de grands fruits pour les âmes. » Pour Dominique, réciter le rosaire n’est rien d’autre que contempler avec Marie le visage du Christ. Le rosaire est cette prière d’intercession indispensable qui permet à la sainte prédication de réaliser dans les âmes tous les desseins de Dieu.

En fils de saint Dominique, le père Marie-Dominique n’a eu de cesse de prier et de prêcher les mystères du rosaire. Il nous disait que la prière incessante du chrétien était l’Ave Maria. Et combien de fois ne l’avons-nous pas vu le rosaire à la main, marchant dans les couloirs, entre deux cours ou entre deux rendez-vous… On peut dire qu’il avait comme devise cachée celle que Jean-Paul II avait choisie : Tout à toi, Marie. Il avait un très grand amour de la Vierge Marie. Il nous la rendait présente par son intelligence théologique si vive. Au plus intime de son cœur, il souhaitait que tous les frères et sœurs de Saint-Jean lui soient entièrement consacrés. Le rosaire était bien pour lui une arme divine nous permettant de lutter contre toutes les séductions qui nous éloignent du Christ, un rempart pour notre foi, notre espérance et notre charité, mais aussi la prière des pauvres qui fait redire inlassablement, avec les mêmes mots, notre amour à celle qui est notre mère. C’était pour lui la voie privilégiée pour que, comme le disait saint Louis-Marie Grignion de Montfort, « ce ne soit plus nous qui vivions, mais la Vierge Marie qui vive en nous »1. Le père Philippe disait encore : « Si on aime Marie, on aimera le rosaire, puisque ce sera pour nous le moyen de vivre tout proches d’elle et de ne pas la quitter. C’est cela le rosaire : c’est vivre avec Marie, vivre par Marie, vivre en Marie sans jamais la quitter, et cela pour toutes les étapes de notre vie. Les périodes de joie, les périodes de luttes et de souffrances, les périodes de victoire, on les vit avec la Vierge Marie. »

Extrait du livre « Ouvrier de la sagesse « 

1 Cf. saint Louis Marie de Montfort, Le Secret de Marie, § 55.