Extrait du livre « Ouvrier de la sagesse » : consolateur de ses frères

Publié le Mis à jour le

Consolateur de ses frères

Consolateur des frères, c’est, en effet, une expression utilisée fréquemment par les contemporains de Dominique pour le décrire : « …Il va faire un tour au “dortoir”, ce couloir qui longe les petites chambres des frères et où ils dorment. Il prie pour eux, pour leur persévérance, pour qu’ils trouvent la joie dans la pratique des béatitudes. Si l’un d’entre eux est pris par l’angoisse et ne dort pas, il prie avec lui et le console. Tel autre s’est découvert dans son sommeil, Dominique remonte la couverture de laine et, plus tard, tel ou tel qui l’a surpris racontera qu’il était accompagné de la Vierge Marie ou des saints du Paradis dans cette ronde affectueuse. »1

Le père Philippe, lui, pleurait avec nous2, prenant sur lui toutes nos peines et nos détresses, nous recevant nuit et jour. Nous ressortions des moments passés avec lui transformés. Nous retrouvions l’espérance, l’espace d’un moment. Sans se décourager, il reprenait tout inlassablement avec nous, dans une très grande douceur et une très grande force, nous manifestant une confiance totale, peut-être surtout dans les moments où nous paraissions plus fragiles.

Extrait du livre « Ouvrier de la sagesse « , p Benoît Emmanuel Peltereau-Villeneuve

1 Jean-René Bouchet, Saint Dominique, p. 93.

2 Cf. Rm 8, 15 : « Réjouissez-vous avec qui est dans la joie, pleurez avec qui pleure. »