Témoignage d’une soeur du Mexique

Publié le Mis à jour le

Je rends grâce à Dieu d’avoir choisi le père Philippe comme instrument pour fonder la Communauté Saint Jean, ainsi que la branche contemplative des Sœurs de Saint Jean en union avec sr Alix.

J’ai toujours eu confiance dans la miséricorde de Dieu, et la confirmation pour moi de cette Miséricorde de Dieu est d’avoir rencontré le père Philippe, qui a vraiment été un témoin de la Charité et de la Miséricorde pour moi.

J’ai eu la grâce de passer 2 ans à Saint Jodard, pendant lesquels j’ai pu recevoir de grandes bénédictions en vivant près du père Philippe, pour recevoir ses cours, participer à ses messes qui étaient quelque chose de très spécial, puisque se manifestait là la grande ferveur du père Philippe envers la Sainte Eucharistie. J’ai aussi eu la grâce du sacrement de la Réconciliation, qui m’a permis de recevoir l’aide du père Philippe et ses conseils. Enfin, en certaines occasions j’ai pu participer à ses chapitres, très beaux, qui nous invitaient à nous tourner plus vers le Père.

J’ai eu la chance de connaître le père Philippe à Monterrey. J’ai fait oblature entre ses mains, et cela a été ma première rencontre avec lui. Ensuite, j’ai eu d’autres rencontres, ce qui m’a permis de mieux connaître la communauté et le père Philippe lui-même. Ceci a marqué ma vie, ma conversion, mon choix de la vie consacrée. En voyant son don comme prêtre, comme frère de Saint Dominique, c’est là qu’est né mon désir de m’unir à Jésus.

Ses enseignements, les paroles qu’il donnait, m’ont attirée vers cette communauté, car j’ai vu qu’il donnait ce qu’il aimait et ce qu’il vivait, et qu’il se donnait lui-même sans réserve. Ses cours, ses homélies, toute sa personne, tout cela nous poussait toujours plus vers notre Dieu dans la vie consacrée.

Ma famille aussi a eu la chance de le connaître et ils ont été captivés par sa sainteté, sa joie, sa simplicité et son respect pour les accueillir alors qu’il ne parlait pas la langue espagnole. J’ai vu que cela ne l’empêchait en rien d’accueillir les Américains, les Africains, les Mexicains… Il était toujours présent et respectueux envers toute personne.

Grâce à Dieu notre père Philippe nous a laissé un grand héritage avec son témoignage de vie. J’ai toujours vu en lui la pureté et la recherche de la vérité, et il nous invitait à vivre de cela. Et il nous invite encore à continuer vers l’avant, même au milieu des épreuves difficiles que nous traversons. C’est à travers ses cours que nous recevons chaque fois une lumière nouvelle, une confiance pour marcher et avancer, pour suivre celui à qui nous nous sommes consacrés, et pour aimer plus la Vierge Marie en vivant de son exemple de don, elle qui était au pied de la Croix, dans l’unité avec notre Père Saint Jean.

Une sœur du Mexique