Notes de lecture du p. MD Philippe sur la blessure du Coeur du Christ

Publié le Mis à jour le

La blessure du Coeur du Christ

Tous les sacrements viennent de la blessure du coeur de Jésus, et tous, et l’Eglise elle-même, nous communiquent cette surabondance d’amour exprimée par le sang et l’eau; et donc chacun d’entre nous est né de la blessure du coeur de Jésus. La grâce chrétienne nous lie à cette blessure, nous sommes donc en connaturalité avec elle. C’est merveilleux de comprendre qu’il n’y a pas de distance entre la blessure du coeur du Christ et nous, dans ce qui est le plus « nous-mêmes », dans notre grâce. Il y a là un lien qui est d’un réalisme absolu; c’est un lien de vie divine, et de vie éternelle, un lien qui est « super-ontologique » parce qu’il est d’un ordre divin. C’est la vie divine, et donc c’est plus. C’est quelque chose qui, si j’ose dire « déborde » et nous lie directement à la source.

Père Marie-Dominique Philippe, « Suivre l’Agneau »