Chemin de Croix prêché par le p. MD Philippe, 10e station

Publié le Mis à jour le

Dixième station :

JESUS EST DEPOUILLE DE SES VETEMENTS

L’Eglise doit vivre elle aussi ce dépouillement, celui de la robe sans couture : elle doit se dépouiller de toutes les richesses de son patrimoine pour être l’Eglise des pauvres ; elle doit accepter de se dépouiller parce qu’elle arrive au terme et qu’elle doit être crucifiée avec Jésus, et ensevelie avec son cadavre. (…)

Pensons à ce dépouillement que l’Eglise d’aujourd’hui connaît, et comprenons-le de l’intérieur, sans le juger, et sans pleurer sur les richesses passées. C’est rude pour notre sensibilité, comme le dépouillement de Jésus, l’arrachement de la robe sans couture a été rude pour la sensibilité de Marie. Marie pense à Bethléem, à l’innocence et au dépouillement du tout petit enfant Jésus, à la limpidité de son regard. Mais ici, c’est dans la haine et dans le rejet que se fait ce dépouillement.

Père Marie-Dominique Philippe, Chemin de Croix