Notes de conférence du p. MD Philippe, sur l’eau de Lourdes

Publié le Mis à jour le

L’eau de Lourdes

Un des signes de la présence de Marie à Lourdes (c’est pour nous, cela aussi), c’est que l’eau de Lourdes ne se corrompt pas. Je me souviens d’une jeune femme médecin qui, venant de terminer ses études, d’obtenir son diplôme, avait voulu, avec une très grande générosité, aller à Lourdes pour se mettre au service des malades. Quand elle a commencé et s’est mise à purifier ses seringues, l’infirmière généralissime (qui était là depuis un certain nombre d’années) lui a dit : « Ici on ne purifie aucune seringue ». « C’est de la folie », a répondu le jeune médecin. « Non, non. Si vous faites autrement, vous pouvez partir ». Cela lui a posé un problème ! mais elle a fait un acte de confiance : « Je suis venue ici pour me dévouer, je fais un acte de confiance ». Peu après, parce que sa foi défaillait, elle a voulu analyser l’eau de Lourdes : elle était absolument pure ! Il y a eu alors un troisième mouvement… de fureur cette fois : « Pourquoi ne dit-on pas cela un peu plus ? N’est-ce pas merveilleux ? Marie, présente dans l’eau, a purifié l’eau de notre siècle où tout est abîmé par la pollution. C’est Marie qui fait cela… ». Elle en a été bouleversée. Elle avait un cœur pur…

Père Marie-Dominique Philippe, Conférence, 13 septembre 1997