Extrait d’un article du p. MD Philippe, sur St Jean

Publié le Mis à jour le

Saint Jean

Le désir profond de toute la vie de Jean, c’est d’être celui qui demeure auprès de l’Agneau, celui qui vit avec lui dans la plus grande proximité. C’est sa vocation, et c’est le désir le plus profond de son cœur : « Maître, où demeures-tu ? » Jésus répond, avec un très grand réalisme : « Venez et voyez ». On ne peut pas expliquer où il demeure, on ne peut que le découvrir, et le découvrir dans le silence. La vocation de Jean, dès le point de départ, est donc bien un lien personnel avec Jésus, un lien d’amour. Demeurer auprès de l’Agneau, être avec lui, auprès de lui, être le plus proche possible de lui, voilà ce qu’il y a de plus radical dans la vocation chrétienne. (…)

Après le lavement des pieds, Jean, le disciple bien-aimé, sera tout proche de Jésus ; et, sans doute après l’institution de l’Eucharistie, il reposera sa tête sur la poitrine de Jésus 1; c’est la première action de grâces de la première communion. Jean est lié à l’Eucharistie d’une manière unique, très différemment de Pierre. Pierre déclare sa fidélité 2, Jean vit cette fidélité dans l’amour. Il y a entre Pierre et Jean une sorte de complémentarité constante, et cette complémentarité est comme présente dans le mystère de l’Eucharistie, puisque déjà lorsque Jésus, au chapitre 6, voyant ses disciples s’en aller, leur dit : « Voulez-vous partir, vous aussi ? », Pierre se précipite (il avait peut-être senti qu’il y avait chez les Apôtres des hésitations) et fait à ce moment-là une déclaration de fidélité à Jésus qui est très belle 3. Jean, lui, vit cette fidélité d’une manière silencieuse, tout aimante : il repose sur la poitrine de Jésus.

Père Marie-Dominique Philippe, Article paru en septembre 1994

1 Jn 13, 23 et 25 ; 21, 20.

2 Jn 13, 37.

3 Jn 6, 67-68.