Intervention de Christian et Catherine Rendu, Rencontre de Saltillo

Publié le Mis à jour le

 

Pourquoi défendre le père MD. PHILIPPE ?

 Chers amis,

Fr Wandrille m’a donné 7 mn. Il ne m’en voudra pas si je prends quelques secondes pour manifester avec Catherine, notre amitié à Laura Valdez, son mari et à tous les amis qui l’accompagnaient en France en 2009.

Pour quoi donc défendre le père PHILIPPE ?

Pourquoi témoigner de ce que nous avons vécu dans notre rencontre avec le père et de ce que nous avons observé dans son sillage ? 

Défendre le père est un retour au réel.

Depuis le retour à Dieu du père PHILIPPE, nous avons tous observé au sein de la communauté la prolifération des murmures, la montée en puissance du cléricalisme, particulièrement sensible au forum des oblats de 2009, l’emprise du pouvoir de l’opinion dans les affaires récentes, autant de dérives que le père abhorrait. Les accusations de 2013, et le chaos communautaire qui l’accompagne désormais, n’en sont que l’aboutissement.

Il importe aujourd’hui de tout reprendre, et de revenir à la source. Le père a tout donné, avec un don personnel à chacun. Aujourd’hui, il nous regarde et nous attend certainement.

Vous connaissez tous son attachement à la fidélité, à la réciprocité, et à la recherche de la vérité. Nous y avons adhéré avec toute notre âme et toute notre intelligence. Aujourd’hui, c’est au tour de notre volonté d’y adhérer, avec le zèle du disciple aimant.

Ne nous trompons pas cependant de combat. Défendre le père va bien au-delà de la dénonciation des accusations.

Les accusations ont souvent été reçues comme un coup de massue. Chacun s’est retrouvé seul, la conscience heurtée.

Mais ces accusations ne sont pas la priorité. Il nous faut d’abord relever la tête après ce coup de massue. Nous observons que seule la vérité de notre rencontre avec le père, et de ce qu’il nous a transmis, nous permet de la relever.

Nous observons aussi que ce travail ressuscite ou fait naître des liens inattendus, bien au-delà de nos cercles habituels, comme, et avec la même ferveur, que lors de la première croissance de la communauté. Ces constats doivent nous interpeller sur le véritable enjeu de la défense du père.

Un auteur français décrit les stratégies du démon comme un système d’erreurs. Une erreur appelle une erreur, elle-même renvoyant à une autre erreur, donnant corps progressivement à une spirale qui détruit tout. Cette image décrit très bien ce que l’on constate en investiguant les accusations à l’encontre du père et de ses disciples.

Elle peut nous éclairer pour prendre le bon chemin, et déterminer les priorités. Cette attaque est certainement démoniaque. L’adversaire est au-dessus de nos forces. Il n’a pas de nom, et il s’est servi de ceux qui en ont un pour son entreprise.

La réponse est peut-être dans la plainte de Saint Pie X : « De nos jours plus que jamais, la force principale des mauvais, c’est la lâcheté et la faiblesse des bons, et tout le règne de Satan réside dans la mollesse des chrétiens ».

Ce n’est sans doute pas un hasard si la cause du père commence ainsi au pied de la Croix, et avec cette croix là. Si la victoire chrétienne commence avec la Croix, la prière du père et le Magnificat donnent l’esprit de ce travail.

Plus précisément encore, j’ai envie de vous proposer de partir d’une exultation de Jésus : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bonté  … »

Nous sommes les tout-petits. Si la mauvaise politique et la psychologie constituent l’apanage des grands, la pauvreté, la simplicité et la vérité sont la force des tout-petits.

Le témoignage personnel, la recherche des témoignages et leur diffusion sont accessibles à tous. C’est d’ailleurs la lettre et l’esprit de la première citation du Directoire des oblats : « Ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons afin que, vous aussi, soyez en communion avec nous » 1 Jean 1,3

La défense du père n’a pas besoin du mandat des hommes, il nous a été donné par le Christ lui-même dans le baptême.

Si le père nous a rapproché du Christ, il en rapprochera de la même façon encore une multitude. Défendre le père est une expression de notre sacerdoce commun.

Notre travail est parti d’un simple sms. Aujourd’hui le blog est consulté dans 69 pays et plus de 20 000 pages ont été consultées. Les premiers princes de l’Eglise qui se sont manifestés publiquement, sont des supérieurs bénédictins. Défendre le père est notre vocation prophétique.

Notre liberté pour faire fructifier les trésors spirituels et intellectuels qui nous ont été transmis, est la première liberté des enfants de Dieu. Défendre le père relève directement de notre sacerdoce royal.

J’attire enfin votre attention sur une expérience personnelle. Certains s’imaginent que je m’épuise à tirer la charrette de la fidélité. La réalité est tout autre. J’ai tout simplement du mal à suivre. Plus nous avançons, plus la route s’élargit. Bientôt, il va falloir courir …

L’œuvre du père est immense. Le Seigneur nous a mis sur son chemin. Il a semé jusqu’à ses dernières heures dans tous les milieux, et dans une multitude pays. Qui d’autre que nous fera grandir chacune des graines qu’il a semé ?

Alors comment défendre le père PHILIPPE ? Toutes les initiatives (re)constructives sont bonnes. La rencontre d’aujourd’hui est un très bel exemple. Le témoignage personnel peut être de 3 lignes ou de 7 pages. Vous pouvez aussi en faire plusieurs, selon le souvenir ou l’inspiration du moment.

Le blog « Chercheur de vérité » a été lancé le 8 décembre 2013 pour faciliter la diffusion des témoignages. Ce blog est en 11 langues, dont l’espagnol. Le Mexique est le second pays en nombre de consultation après la France. Il donne aussi de nombreuses citations du père PHILIPPE.

Nous avons reçu de très beaux témoignages de personnes qui n’ont pas connu le père, dont un en provenance du Mexique. Ces témoignages sur l’enseignement du père sont très importants.

Le partage de votre témoignage avec vos amis, ou lors de votre apostolat, est une autre forme d’action. Il peut être accompagné de don d’images du père PHILIPPE avec citations. Le blog vous en propose. Il faudrait d’ailleurs en préparer en espagnol.

Vous pouvez vous abonner au blog pour être tenu informé des autres témoignages, et nous soumettre vos suggestions.

Nous vous aiderons dans ce travail, si vous le souhaitez. Nous espérons votre coopération pour multiplier les textes en espagnol.

Nous comptons sur vous. Le père nous a proposé de répandre un feu sur la terre, c’est tout particulièrement notre heure aujourd’hui. Le Seigneur nous le demande certainement dans le plus grand silence.

Avec toute notre amitié à nos frères, sœurs et amis du Mexique

Christian et Catherine RENDU