Témoignage de Jean Baptiste, de France

Publié le Mis à jour le

C’était par un de ces frais matins sur la campagne roannaise à St Jodard, le cher frère Louis-Marie devait m’amener à la gare à Lyon pour un aller sans retour. La décision, difficile, avait été prise au terme d’échanges réguliers avec le père maitre des novices. Peut être aurait-il pu en avoir été autrement. Bref c’était un matin blafard et j’étais dans un état second et, par discrétion et délicatesse pour les frères et soeurs, il était prévu que je quitte l’habit en cours de route.

A la gare de Lyon, en même temps, Louis-Marie devait accueillir le père Marie-Dominique. Je m’en souviens encore, son regard intelligent et amical, pas de paroles inutiles et cette façon paternelle de vous tenir fortement sur son “coeur” en une brève accolade….

Je commence par la “fin” ce petit témoignage car, comme il aimait à le répéter, la Fin éclaire tout. Il y avait là, pour moi, comme une sorte de concentré du père Philippe, étonnement jeune et “vif”, qui vivait ce qu’il enseignait avec une force de conviction toujours intacte.

Avant cela, il y avait eu Lérins, Fribourg et les cours animés, passionnés et passionnants, avec ces longues séances de questions à la fin, le “Mystère de la charité de Jeanne d’Arc” joué par de formidables actrices à Rimont, Montmorin et le père Emmanuel, tout cet enseignement vécu et donné rappelant sans cesse le primat de la contemplation ….

Pour tout cela MERCI père Marie-Dominique

Jean-Baptiste