Article du p. MD Philippe, sur la parole de Dieu

Publié le Mis à jour le

La parole de Dieu

Si nous essayons, au niveau théologique, de préciser ce qu’est la Parole de Dieu, nous pouvons tout de suite reconnaître qu’elle ne peut être reçue comme Parole de Dieu que par le croyant, seul capable de la distinguer d’une parole humaine. En effet, Dieu n’a pas voulu, pour nous communiquer ce qu’il est et son amour pour nous, inventer une nouvelle langue, une parole qui serait originale et qui se distinguerait de toutes les paroles humaines. Il a voulu se servir de paroles humaines, de la parole dont se servent les hommes pour communiquer leurs pensées, leurs secrets d’amour ; et en se servant de ces paroles humaines, il les a transformées. Ce ne sont plus des paroles venant des hommes et adressées aux hommes comme hommes dans leurs pures dimensions humaines. Ce sont des paroles humaines quant à leur caractère extérieur, mais assumées par Dieu pour être communiquées aux hommes et reçues par des hommes croyants, afin de leur révéler l’amour personnel de Dieu pour eux, leur nouvelle finalité divine de fils de Dieu, appelés à vivre un jour le bonheur même de leur Père des cieux. Extérieurement, la Parole de Dieu apparaît comme la parole des hommes, rien n’est changé visiblement ; et pourtant, pour le croyant, tout est changé, car cette parole reçue dans la foi permet d’adhérer à Dieu qui se révèle à nous. (…) La parole est le fruit d’une intelligence humaine, liée dans son exercice à une imagination et radicalement à un corps humain, dépendante d’une communauté humaine et désireuse de communiquer à un autre homme ce qu’elle possède, ce qu’elle a acquis. La parole humaine n’est pas une réalité substantielle mais une réalité toute relative à l’homme, toute relative à une communauté humaine, comme un moyen permettant de communiquer avec un autre homme. La parole humaine est une réalité intentionnelle ayant une signification propre. Si Dieu s’en sert pour communiquer aux hommes ses secrets, c’est au niveau de la signification de son intentionnalité qu’on peut dire qu’il y a alors une transformation.

L’Esprit Saint, en effet, se sert d’un homme et de sa parole pour manifester aux hommes le mystère même de la Vérité, le mystère de Dieu se révélant à eux pour leur dire son amour et leur promettre un nouveau salut. En se servant de paroles humaines, fruits de l’intelligence d’hommes choisis par Dieu, ou fruits d’anciennes traditions religieuses, l’Esprit Saint leur donne comme une nouvelle intentionnalité qui, comparativement à la première, peut être appelé « transfinalité ».

Père Marie-Dominique Philippe, Aletheia nr 8