Notes de conférence du p. MD Philippe, « Montre-nous le Père »

Publié le Mis à jour le

« Montre-nous le Père »

« Montre-nous le Père ». Découvrons que c’est là l’interrogation fondamentale de notre vie — autrement nous restons des orphelins, orphelins quant à notre intelligence, quant à notre cœur, et quant à l’amour d’amitié. Dès qu’on ne regarde plus Dieu, on est orphelin et on devient un errant, qui cherche indéfiniment sans trouver.

Cette interrogation sur le Père est bien l’interrogation la plus profonde de notre cœur et elle doit toujours exister, même si, étant chrétiens, nous savons par la foi que Jésus est venu pour nous parler du Père et que son rôle est de nous dévoiler le Père d’une façon encore bien plus forte que par la parole. Tous les grands prophètes de l’Ancien Testament dévoilent le Père par la parole, mais quelque chose d’infiniment plus grand nous a été donné : pouvoir découvrir le Père par lui-même, si j’ose dire, c’est-à-dire par son Fils qui est un avec lui — c’est donc bien lui-même, et c’est lui qui se manifeste à nous dans l’Incarnation. (…)

« Philippe, qui me voit, voit le Père » : le Père a voulu que son Fils bien-aimé, qui venait révéler ce qu’est le Père, nous révèle qu’il a pour nous bien plus (si j’ose dire) que l’amour déjà si étonnant, si extraordinaire, du Créateur. Il y avait en lui, si j’ose dire, une « réserve d’amour » infiniment plus grande que celle qui est manifestée par la création, une « réserve d’amour » qui était le don de Dieu lui-même : « Dieu a tant aimé le monde qu’il a envoyé son Fils », et le Fils nous dit : « Qui me voit, voit celui qui m’a envoyé ».
.

Père Marie Dominique Philippe, Conférence, Août 1999