Notes de conférence du p. MD Philippe, sur l’Eucharistie

Publié le Mis à jour le

Le don de l’Eucharistie

Le mystère de l’Eucharistie nous montre comme le point ultime de ce don : Jésus nous a aimés jusqu’au bout, « jusqu’à la fin ». Saint Jean nous rappelle cela juste avant le lavement des pieds et l’institution de l’Eucharistie : Jésus nous a aimés jusqu’à la fin. Cette fin, pour nous, sur la terre, c’est le mystère de l’Eucharistie ; et c’est le mystère de la gloire. L’Eucharistie ne peut se saisir et se contempler que dans cette lumière, une lumière de pur amour. C’est pour cela que saint Thomas nous dit avec force : c’est seulement par la foi, par la foi seule, sola fide, que nous pouvons adhérer à cette présence d’amour ; la foi seule nous permet de découvrir que le Christ nous a aimés jusqu’au bout dans ce don de l’Eucharistie et que ce don nous oriente directement vers le mystère de la gloire. L’Eucharistie est le sacrement qui nous fait passer de la terre à la gloire : c’est le viatique. Chaque communion est un viatique qui nous fait passer de la terre, où nous sommes et où nous vivons, au mystère de la gloire.(…)

L’Eucharistie est un sacrement d’amour au sens le plus fort, d’amour divin. C’est pour cela qu’il y a, à la Cène, cette simplification de la Pâque de la première Alliance. Jésus a vécu la Pâque de la première Alliance et l’a achevée à travers l’institution de l’Eucharistie. Jésus savait bien ce qu’il faisait : il avait une sensibilité plus grande que la nôtre, un sens plus affiné du symbolisme religieux. Il était bien plus religieux que nous, et comprenait donc infiniment mieux que nous ce que représentait la Pâque de la première Alliance. Jésus n’en rajoute pas. C’est ce que nous aurions fait : nous faisons toujours comme cela : nous en rajoutons parce que nous n’aimons pas assez, parce que nous n’atteignons pas l’amour dans ce qu’il a de tout à fait fondamental. L’amour simplifie, pour nous mettre en présence du don dans ce qu’il a de plus absolu, de plus pur, de plus grand. C’est bien ce que Jésus réalise pour les Apôtres et pour nous, sous le mode d’un testament.
L’Eucharistie, en effet, est un testament d’amour : c’est l’alliance ultime et dernière. C’est l’alliance qui appelle la vision béatifique, qui appelle les noces de l’Agneau avec l’Epouse, avec l’Eglise, avec chacun d’entre nous. L’Eucharistie a ce caractère ultime dans l’ordre de l’amour.

père Marie Dominique Philippe, Conférence AFC,11 janvier 1987