Lettre de Magdalith, Rencontre de Genève

Publié le Mis à jour le

Lettre de Magdalith
lue à la Rencontre de Genève, 23 février 2008

(transcription)

En dépit des apparences, mon état de santé ne me permet pas de me déplacer. Quelque fois un ange vous apparaît, il vous dit tout, et vous ne comprenez rien, quelque fois, il ne vous dit rien, et vous comprenez tout.

Ma rencontre avec le Père Marie Do date de plus de 20 ans, ce fut le coup de foudre qui dure:  « Je vous confie la communauté St Jean; vous êtes une vraie fille d’Israël comme la Vierge Marie. » Depuis, je cultive ma racine, celle de l’olivier franc, et vous voyez, je ne suis pas mal racée, toujours branchée.

Le Père Philippe, une qualité d’écoute exceptionnelle. Il pouvait vous transformer en un instant. Une intuition de visionnaire, mais les prophètes, on s’entête de vouloir leur couper la tête.

Je ne peux en révéler davantage. Il me suffit de savoir qu’entre nous un mystère secret rayonnait. Béatitude à celui par qui le scandale arrive. Pas d’amour sans humour. Peut-être suis-je animée d’une sainte audace, comme le Père Marie Do.