Semaine de prière pour l’unité des Chrétiens

Publié le Mis à jour le

Semaine de prière pour l’unité

« Dieu se sert de toutes les brisures et de toutes les séparations pour réaliser quelque chose de plus grand. C’est ce que nous voyons (Ev. de Jean, chap 4): Dieu a permis la séparation entre Juifs et Samaritains pour quelque chose de plus grand.

« Crois-moi, femme, l’heure vient où ce n’est ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père ». Jésus ne nous demande jamais de revenir en arrière, parce que Dieu est toujours devant. Même quand il y a eu des bêtises, il ne faut pas retourner en arrière. On voit cela dans les disputes aujourd’hui, ou dans les discussions théologiques au niveau oecuménique. Les théologiens ont tendance à retourner en arrière, ils essaient de discuter sur ce qu’ils connaissent, c’est-à-dire sur le passé, alors que l’Esprit Saint pousse à aller de l’avant. Il faut toujours avancer, sous le souffle de l’Esprit Saint. (…) Et l’unité que fait le Saint Esprit ce n’est pas la confusion. Il n’y a pas d’oecuménisme des « vases communicants »(…)

Il ne faut pas revenir au moment de la séparation, mais aller jusqu’au bout des exigences de la fidélité -tel est l’enseignement que Jésus nous donne en disant: « Crois-moi, femme… » C’est la première fois que Jésus regarde la Samaritaine en lui disant: « femme ». Il regarde donc dans le coeur de la Samaritaine la créature, celle qui est capable d’adorer. De la même façon pour que l’unité se fasse, il faut revenir aux fondements, à ce qu’il y a de vrai du côté des catholiques et du côté des protestants, du côté des chrétiens et du côté d’Israël. Il s’agit d’être vrai, et pleinement vrai, sans cacher sa foi, sans vouloir faire des unions au niveau psycoholgique ou au niveau sociologique. Ce serait un manque de respect à l’égard de la foi de l’autre; il faut respecter la foi de l’un et de l’autre, et aller le plus loin possible dans les exigences de la foi. »

père Marie Dominique Philippe, Suivre l’Agneau, tome II

« Ces quelques jours qui sont consacrés à l’unité doivent nous faire entrer dans la grande prière de Jésus, juste avant le sacrifice de la Croix. Jésus est mort pour réaliser cette unité ; elle est au plus intime de son cœur comme un grand désir, son grand désir, et il offre sa vie pour cela. L’unité qu’il a avec le Père, cette unité éternelle, doit surabonder en nous et nous faire aimer tous ceux pour qui Jésus a versé son sang, tous ceux pour qui il s’est donné en nourriture. »

père Marie Dominique Philippe, Homélie 18 janvier 2002

« Ce qui fait l’unité : c’est aimer en maintenant la vérité. Il ne s’agit pas, pour faire l’unité, d’aimer en mettant toujours l’amour au-dessus de tout, sans penser que, pour que l’amour soit vrai, il faut une recherche de vérité. Insistons sur ce point : pour que l’amour soit loyal, pour que l’amour aille jusqu’au bout, il faut cette limpidité que donne la recherche de vérité « 

père Marie Dominique Philippe, Conférence 26 mai 1996

« Pour vivre véritablement ce mystère d’unité voulu par l’Esprit Saint et fruit de l’amour, il faut découvrir que la pauvreté spirituelle est essentielle. Cette pauvreté, seul l’Esprit Saint peut la réaliser en nous, par le don de crainte qui est le premier don du Saint-Esprit, qui nous fait pauvres et qui nous conduit à la sagesse. Ce don de crainte nous est donné gratuitement. Demandons-le aujourd’hui à l’Esprit Saint, pour devenir des pauvres, de vrais pauvres, d’une pauvreté intérieure. »

père Marie Dominique Philippe, Conférence 26 mai 1996

« L’unité implique l’amour à l’égard de Dieu et l’amour à l’égard du prochain. Et c’est bien sûr grâce à cet amour pour le prochain que l’unité, dans nos communautés et dans la communauté de l’Eglise, pourra se réaliser pleinement. C’est Marie qui est gardienne de cette unité. Et si Marie est présente dans nos vies, dans notre travail, dans notre communauté, elle fait rayonner l’unité, l’union entre tous ceux qui ont reçu de Dieu cette grâce étonnante d’être des enfants de Dieu, appartenant à l’Eglise. »

père Marie Dominique Philippe, Conférence 26 mai 1996