Citations du p. MD Philippe sur le mystère de Noël

Publié le Mis à jour le

Le mystère de Noël

« Marie et Joseph ont été obligé de quitter la Galilée pour se rendre en Judée, à Bethléem, la ville de David, puisque le recensement, exigé par César Auguste, demandait que chacun fût recensé dans sa ville d’origine…C’est en exode, on peut dire sur la route, que se passe ce mystère de la naissance de Jésus. Jésus ne devait naître ni dans le Temple de Jérusalem -la maison de Dieu, qui était le symbole de son propre corps- (car il devait naître d’une manière obscure et cachée), ni dans la maison de Joseph et de Marie -il fallait obéir au décret impérial et « rendre à César ce qui est à César »- ni à l’hôtellerie -les hommes ayant fermé leurs portes devant la pauvreté de Joseph et de Marie-…

Dans sa sagesse, Dieu se sert de ce refus des hommes pour réaliser plus pleinement son amour, pour faire éclater plus magnifiquement sa joie et sa gloire. La naissance de Jésus se réalise alors dans le silence et la solitude merveilleuse de la nature endormie. »

p. MD Philippe, le Mystère de Marie

« Joseph et Marie, alors que la naissance (de Jésus) est toute proche, doivent quitter Nazareth pour se rendre à Bethléem, et cette longue route a dû impliquer des épisodes difficiles. Mais c’est surtout l’accueil à Bethléem qui est froid et pénible, de la part de la parenté, des descendants de David. Tous ceux qui font partie de la grande famille de David auraient dû avoir dans leur coeur cette noblesse, comme descendants de David, d’accueillir l’enfant de celui que l’ange lui-même avait salué comme « fils de David ». Mais non, ils refusent de l’accueillir. Si Dieu permet cela, c’est pour que Joseph et Marie soient l’unique accueil dans l’intensité de leur amour; c’est pour que la pauvreté qu’ils vivront à Noël permette une intimité beaucoup plus grande. Joseph et Marie seront dans une joie bien plus grande, d’être seuls à vivre ce mystère de la naissance de leur enfant et de l’Envoyé du Père qui est le Fils du Très-Haut, le Fils de Dieu. Dieu veut qu’eux seuls soient, par et dans leur amour, le lieu qui reçoit l’enfant Jésus. L’accueil qui est normalement fait à l’enfant n’est rien à côté de l’accueil si profond du coeur de Joseph et de Marie. Là aussi ils sont modèles: ils nous montrent ce que doit être la naissance d’un enfant. »

p. MD Philippe, Aletheia nr 7

« Ce mystère de Noël, comme toute naissance humaine est à la fois un terme, et un point de départ. C’est le terme de tout l’Avent, non seulement celui des neuf mois. Mais aussi celui de la longue attente du peuple d’Israël, depuis la promesse faite à Abraham, depuis la promesse faite à Eve après le péché et le renvoi de l’Eden. Enfin, il est là le Sauveur! Noël comme terme peut être le mystère de la présence et le mystère de la joie…

Si Noël est un terme, tout commence aussi à Noël. Noël est le début de la vie terrestre du Christ, c’est le commencement de la grande montée à Jérusalem. »

p. MD Philippe, le Mystère de Marie

« A travers le prophète Osée, le prophète Isaïe et tous les prophètes, Dieu nous a enseignés. Mais il a voulu nous donner plus: son silence. Le silence du Père, le silence éternel du Père, il nous est donné par l’enfant Jésus. Ce silence du Père est ce que Marie a reçu de plus intime, de plus profond, et à Noël elle l’a reçu à travers le sourire de l’enfant Jésus pour elle,… et tout ce qui est pour elle est pour nous. Il faut avoir de saintes audaces avec Marie et lui demander qu’elle nous donne son petit enfant Jésus pour qu’il nous apprenne la prière, l’oraison, le silence de Dieu, pour que l’amour prenne tout. Dans le silence, l’amour n’est plus limité, il peut tout prendre. Et Marie est celle qui nous introduit dans le silence, dans son silence, son silence de vierge si pure, son silence de mère si attentive et si simple. »

Notes d’un mot du p. MD Philippe, à la crêche, 2003