Témoignage de Tino, de Turquie

Publié le Mis à jour le

Que la paix, l’amour et la joie du Seigneur soit toujours avec vous.

Je ne sais pas pourquoi mais j’ai eu envie de vous partager mes petites pensées.

Dans la vie de chacun, il y a des moments et des personnes qui vous changent, vous bouleversent et laissent des traces dans votre cœur. Le père Marie Dominique Philippe a été pour moi une de ces personnes et le restera toujours.

Le fait de l’avoir connu avec sa personnalité et son savoir, son amour infini, sa recherche de vérité, d’amour, du bien, sa simplicité, sa foi en Dieu, son respect vis-à-vis du prochain, a été pour moi une grâce du ciel. L’absence du père suscite un manque énorme pour cette terre où l’homme est devenu esclave de l’argent, de l’orgueil et de la politique.

Dieu m’a donné la chance d’héberger le père une nuit à la maison lors d’un pèlerinage et de l’accompagner le lendemain à l’aéroport. Nous avions dîné tous ensemble avec lui, moi, mon épouse et mes deux filles. Quelle joie et quelle émotion pour ma famille  ! Il était là avec nous. Il a béni le repas et partagé avec nous ce que nous avions à table. Ce sont des moments que l’on ne peut pas décrire avec des mots, ni oublier. Il faut les vivre. Béni soit le Seigneur qui a permis que cela se réalise.

Depuis que la Congrégation Saint Jean est née, je suis à mon dix-huitième pèlerinage. A chaque fois que le père était présent, quelle émotion, quel bouleversement suite à ses homélies. A Theotokos, au Théâtre de Millet, à la maison de Marie, à Saint Polycarpe, il y avait sa voix un peu étouffée mais à la fois amplifiée grâce au micro. Tous les regards le fixaient et tous écoutaient ce qu’il disait. Chacun prenait des notes, y compris moi.

Chaque fois que je pense à lui, tous ces souvenirs me reviennent.

Je me souviens surtout de Jean Paul II à Lourdes lorsqu’il descendit de la papamobile pour venir enlacer le père au milieu de la foule. Ce même jour, le pape a dit dans son homélie  : «  France, tu as oublié ton Baptême.  »

Que Dieu le Père, Notre Seigneur, fils et Saint Esprit d’amour, un seul Dieu en trois personnes, lui donne la joie et le repos dans la Jérusalem Céleste.

Tino