Témoignage de Martine, de France

Publié le Mis à jour le

J’ai fait la connaissance du Père Marie Dominique Philippe dans les années 1978 et suivantes, où j’ai eu l’immense privilège, comme membre de l’Arche, de participer aux retraites qu’il donnait alors pour les membres des Foyers de Charité à Chateauneuf de Galaure. J’avais alors une vingtaine d’années. Il m’a vraiment fait entrer dans la vie contemplative. Je n’avais jamais entendu parler ainsi du mystère de Dieu, de Marie, de l’Eglise. Je n’ai pas de mots pour exprimer ma gratitude envers Jésus et envers lui.

Après une conférence, je lui ai demandé si je pouvais « monter à la Plaine ». Il m’a dit : « Oui, allez-y, montez dans une voiture! » et c’est ainsi que j’ai pu être, avec les membres de Foyer, auprès de Marthe quand le Père Philippe lui donnait la communion : moment intense de ferveur que je n’oublierai jamais.
Lors d’une de ces retraites j’ai demandé au Père Finet si notre petit groupe d’assistants de l’Arche pouvait rencontrer Marthe Robin (la priorité étant donnée, et c’est bien normal, aux membres des Foyers de Charité venus de loin). Il nous l’a accordé. Nous étions donc une petite dizaine dans la chambre de Marthe, parlant simplement avec elle de la belle retraite que nous faisions et de sujets importants préoccupant certains. Marthe a dit, à propos du Père Marie-Dominique,:  » Il prêche ce qu’il contemple » avec sa façon simple et forte de dire les choses de sa voix étonnament jeune.

J’ai dû un peu plus tard quitter l’Arche et ce fut une étape très douloureuse pour moi. Lors de la retraite de l’Alliance que le P. Marie Dominique prêchait pour l’Arche, et à laquelle j’assistais avant mon départ, il a été d’une grande compassion pour moi et en même temps, avec un certain humour, qui le caractérisait : » Vous avez pâti, mon petit !  » Et il a réussi à me faire rire au lieu de pleurer !

Toutes mes rencontres avec le Père Marie Dominique, soit au cours de retraites – la dernière à Troussures quelques mois avant sa mort ! soit en confession lors de ces retraites, ont été une rencontre avec l’Amour miséricordieux du Père.

Martine

oblate, professeur de lettres et amie de l’Arche