Témoignage de Donna, des Etats-Unis

Publié le Mis à jour le

(traduction)

A qui de droit.

Je suis une oblate de la Communauté de St Jean aux Etats-Unis depuis juillet 1996. Mon attraction fut immédiate. Leur recherche de la vérité, et leur manière de parler tout le temps de leur fondateur qui les a conduit, qui les a aimé, et qui les a épanouit par son enseignement, a fait grandir en moi un désir insatiable de le rencontrer.

En 1997, j’ai eu la possibilité d’aller en France avec l’une des Sœurs contemplatives. J’ai passé deux semaines magnifiques avec la communauté en allant aux cours du père Marie Dominique Philippe. Je suis allée dans un lieu ou je ne serais jamais allée, et si je n’avais pas eu de famille aux Etats-Unis. J’aurais pu y rester à jamais en écoutant son enseignement et en allant plus loin dans ma recherche de la vérité. Au début je n’avais aucune idée à ce que cela voulait dire. Le fait d’être avec lui ces deux semaines, et d’avoir pu lui parler et d’avoir senti son étreinte paternelle quand on me l’a présenté, était pour moi une expérience durable. C’était l’étreinte d’un père qui aime des « petits ».

Je l’ai rencontré de nouveau en 2000 quand il est venu bénir le noviciat. Je suis allée à la chapelle, où les dernières préparations étaient achevées, et à ma grande surprise, il était là avec un frère, pour tout regarder. On ne m’a pas dit de partir, au contraire, le père est venu jusqu’à moi, et même s’il ne l’a pas dit, je suis sûre qu’il se souvenait de moi. De nouveau il m’a pris par la main, et pendant tout le temps qu’on parlait, il n’a pas lâché ma main. Je n’ai ressentie qu’un amour paternel de la part de ce saint prêtre.

Pendant un voyage en 2004, avec plusieurs oblats et un prêtre de la Communauté, j’ai pu de nouveau recevoir son enseignement. Même s’il n’y avait pas une rencontre personnelle à ce moment-là, il nous a rencontré tous, et il nous a invité à ses cours. Il avait un tel amour pour les frères qu’il enseignait, et on voyait sur leurs visages, qu’ils recevaient les années de sa sagesse et de sa philosophie.

En 2006, j’ai voyagé encore une fois en pèlerinage pour être avec la Communauté pour leur 30e anniversaire. Je sais que ce que je vais dire semble être ridicule, mais le fait de voir le père Philippe de nouveau, avec la Communauté entière de frères et de sœurs, était mieux que de voir le pape. C’est parce que j’ai senti un vrai lien avec lui, avec sa paternité, sa sainteté, et à l’amour qu’il portait pour tous ceux qui voyageaient avec lui.

En vérité il était un homme et un prêtre de Dieu, et il ne peut être aucunement responsable d’avoir fait du mal à personne. Père Marie Dominique Philippe priez pour tous ceux qui veulent endommager votre bonne réputation et pardonnez-leur.

En Jésus et Marie.

Donna

Oblate, Princeville, IL, USA.